18  
  Sommaire : l'actualité belge | l'actualité européenne et étrangère | l'info pratique | du côté des collectivités | agenda
         

Présentés comme des incontournables dans la gestion des espaces verts, les pesticides sont pourtant de plus en plus décriés et les études attestant de leur impact négatif se multiplient. En effet, leur utilisation présente de nombreux risques tant au niveau de l’environnement qu’au niveau de la santé.
Dans le cadre de la transposition de la Directive cadre pesticide de 2009, les gestionnaires d’espaces verts devront parvenir pour le 1er juin 2019, à une gestion des espaces publics «zéro pesticides». Un défi de taille pour les collectivités ! Face à ces enjeux, de plus en plus de collectivités sont amenées à repenser leur gestion des espaces verts au travers de modes de gestion plus durables. C’est le cas de la commune de Jodoigne dont vous trouverez le témoignage dans cette newsletter. Le séminaire « La gestion des espaces verts zéro pesticides », proposé en juin par Achats Verts en collaboration avec le Pôle de Gestion Différenciée, a informé les collectivités qui le souhaitaient sur les enjeux de la gestion des espaces verts et les alternatives aux pesticides. A l’étranger aussi les choses bougent. C’est le cas en France où un outil d’aide à la décision a été développé à l’attention des collectivités qui souhaitent passer à une gestion des espaces verts sans phytos.
Bonne lecture et profitez de ce temps pour découvrir des espaces verts gérés de manière différenciée !

         
       
haut

La gestion des espaces verts « zéro pesticides »
Dans le cadre de la transposition de la Directive 2009/128/CE du 21 octobre 2009 (dite Directive-Cadre Pesticides ou DCP), les collectivités vont devoir faire face à de nombreux changements afin de parvenir, au 1er juin 2019, à une gestion « zéro pesticides » des espaces verts.

Pour soutenir les collectivités publiques dans ces changements, la campagne Achats Verts d’écoconso et le Pôle de Gestion Différenciée des Espaces Verts ont organisé, le 13 juin 2013, un séminaire sur la gestion des espaces verts « Zéro pesticides ». Les objectifs de la journée étaient de faire le point sur la nouvelle législation, d’identifier les enjeux santé et environnement liés à l'usage des pesticides, de découvrir les alternatives qu'offre la gestion différenciée et de fournir aux acheteurs et décideurs des outils pour réussir un cahier des charges en la matière. La journée a rassemblé des responsables achats, des représentants de services techniques, des éco-conseillers, des architectes, des échevins, ... issus de collectivités locales et régionales.
La matinée et le début d’après-midi on été consacrés à des présentations théoriques et des témoignages de collectivités engagées dans le changement. La suite de l’après-midi était l’occasion pour les participants de découvrir, lors de démonstrations pratiques, le matériel de désherbage alternatif déjà utilisé par certaines communes.

Télécharger le compte-rendu de la journée.

Inscrivez vos bâtiments pour les « Portes Ouvertes Écobâtisseurs »
écoconso, en partenariat avec le Cluster éco-construction et la PMP, organise les 1, 2, 3 et 9, 10, 11 novembre 2013 la première édition des « Portes Ouvertes Écobâtisseurs » en Wallonie et à Bruxelles.

Cet événement propose une découverte originale et pratique de l'habitat durable : des ménages et des collectivités ou entreprises ayant construit ou rénové ouvrent les portes de leurs maisons/écoles/administrations à des candidats constructeurs/rénovateurs et partagent avec eux leurs expériences.
Plus de 100 sites durables seront à visiter : constructions passives, basse énergie, rénovées pour réaliser des économies d'énergie, construites ou rénovées avec des matériaux durables... Au minimum 75% des sites à visiter seront des maisons particulières mais les collectivités publiques ont également l’occasion d’inscrire un bâtiment, une école, etc. à ces portes ouvertes.
Plus d’informations sur le site d'Ecobâtisseurs.

         
       
haut

Passation des marchés publics
La révision des directives sur les marchés publics a fait l’objet d’un accord au niveau du Parlement et du Conseil européen. Cet accord est pour l’instant encore provisoire, mais le vote final devrait être une simple formalité. L’objectif de cet accord est d'améliorer la flexibilité dans le processus d'approvisionnement pour le secteur public et privé et de donner une plus grande importance à la qualité et à l'innovation.

Quels sont les principaux changements dans les nouvelles directives ?

  • Le principe de l’ «offre économiquement la plus avantageuse» deviendra le critère d'attribution norme remplaçant les critères du prix le plus bas. La nouvelle directive mettra davantage l'accent sur d'autres critères tels que la qualité, les considérations environnementales, les aspects sociaux ou des caractéristiques innovantes, l'expérience du personnel qui se chargera du contrat ou les offres de services après-vente et l'aide technique, tout en prenant toujours en compte le prix et les coûts du cycle de vie du travail ou du service fourni. Elle inclura également des règles sur la sous-traitance et des dispositions plus rigoureuses concernant les offres "anormalement basses". Elle garantira, par ailleurs, le respect des lois du travail et des accords collectifs.
  • Des partenariats d'innovation: il s’agit d’un nouvel outil qui permet aux autorités publiques d'avoir recours aux appels d'offre pour résoudre un problème spécifique sans préjuger de la solution, laissant une marge de manœuvre entre les autorités et les entreprises répondant à l'offre pour trouver la réponse la plus adéquate.
  • Les appels d’offres admissibles pour l’offre européenne seront disponibles dans toutes les langues de l'UE, et les bases de données nationales devront être mises à la disposition des soumissionnaires admissibles.

Le texte conclu de manière provisoire doit encore être approuvé formellement par le Conseil et par la Commission du marché intérieur du Parlement. La Commission parlementaire se prononcera probablement sur l'accord en juillet, ouvrant la voie au vote en plénière à l'automne.

Lire le communiqué de presse.

Entretien des espaces verts sans pesticides : outil d’aide à la décision
La FEREDEC Bretagne (FEdération REgionale de Défense contre les Ennemis des Cultures) a développé un outil d'aide à la décision à destination des élus et gestionnaires d'espaces urbanisés. Il a pour objectif de les aider à choisir des techniques curatives alternatives au désherbage chimique les mieux adaptées à leurs besoins et aux contraintes des lieux. Pour cela, onze techniques curatives alternatives au désherbage chimique ont été testées et sont présentées sous forme de fiches pratiques. Pour mesurer les performances environnementales globales des différentes techniques curatives alternatives présentées, la méthode de l’analyse de cycle de vie (ACV) a été retenue. Le site propose également, sur base d’un questionnaire à compléter avec des données qui correspondent à la situation de la collectivité, de l’orienter vers certaines techniques.
Il est important de noter que cet outil est évolutif et qu'il correspond à des valeurs moyennes.

Consulter le site.

         
       
haut

Guide pratique pour l’achat de bois et papier durable 
D’après une récente enquête menée par PEFC, il apparaît que 7 villes et communes wallonnes sur 10 connaissent le label PEFC et que près de 37% de celles-ci l’intègrent systématiquement dans leur politique d’achat. Pour ne pas en rester là, PEFC Belgium a développé une nouvelle brochure intitulée ‘Guide pratique pour l'achat de bois et papier durable'. Destinée aux autorités locales qui souhaitent intégrer du bois ou papier labellisé dans leur approvisionnement, cette brochure se veut très pratique.

Le pouvoir adjudicateur trouvera dans ce guide des informations de base sur la gestion durable des forêts ou encore les lignes directrices qui existent actuellement en Wallonie ou au niveau Fédéral. Il y trouvera également des conseils pour intégrer le PEFC dans les cahiers des charges ou encore pour vérifier si les produits sont réellement certifiés PEFC. De nombreux acheteurs se sentent en effet souvent dépourvus d’outils pour évaluer la véracité des offres…


Le guide pratique peut être consulté sur le site de PEFC.

         
       
haut

La commune de Jodoigne en route vers le « zéro pesticides »

Dans le cadre de la transposition de la Directive-Cadre Pesticides, les collectivités vont devoir faire face à de nombreux changements afin de parvenir à une gestion des espaces verts « zéro pesticides ».

La commune de Jodoigne fait partie de ces communes qui ont pris les devants et qui, malgré le fait qu’elles ne soient pas encore parvenues à une gestion « zéro pesticides », progressent dans ce sens depuis quelques années.
Pour Jodoigne, la prise de conscience a eu lieu il y a 6-7 ans suite à la constatation du fait que l’utilisation de pesticides engendrait des dégâts à des arbres remarquables et les fragilisaient. Partant de ce constat, la commune s’est alors posé la question du type de produit qui était utilisé et qui provoquait ces dégâts, de l’endroit où les pulvérisations devaient avoir lieu, etc. Un travail de collaboration entre le service des Espaces verts et le service Environnement a été mis en place, et un état des lieux a été dressé afin d’avoir une idée précise de ce qui était consommé, des lieux pulvérisés ou encore des différentes matières actives qui étaient utilisées. Très vite, la décision de désigner une seule personne en charge des commandes a été prise.
Ensuite, la commune a revu les quantités et les produits à commander. Les commandes se font désormais en petites quantités et seuls des produits foliaires sont commandés. La formation du personnel au dosage des produits et ainsi qu’aux règles de stockage faisait également partie des actions mises en place.
La première mesure prise en matière de pulvérisation a été de supprimer celles qui se faisaient à proximité des filets d’eau, des parkings et places avec des arbres.
Actuellement certains endroits sont encore traités. C’est le cas des cimetières. Leur conception et leur entretien, qui dépend d’une autre structure hiérarchique, rend le changement plus difficile… Néanmoins, certains produits problématiques utilisés ont été remplacés et les commandes adaptées.
Dans le Centre Ville, deux ouvriers s’occupent spécifiquement de la gestion des espaces verts. Dans les villages, ce sont plutôt des cantonniers multitâches. Même si le seuil de tolérance de la population pourrait être revu à la hausse, il reste important pour la commune de montrer que les espaces sont gérés, surtout pour les espaces naturels plus sauvages (prés fleuris, …) !
Pour lutter contre les mauvaises herbes, la commune utilise du broyat et des écorces dans les parterres. Lors de nouveaux aménagements ou au moment de rénovations, les ouvriers travaillent avec des feutres, des plantes couvre-sol, etc. Au niveau du matériel, la commune a investi dans un camion brosse (fer) et un petit camion avec brosses plus douces pour le centre.

La commune a également signé la charte Maya il y a 2 ans et s’engage à faucher tardivement, à planter des plantes mellifères, à réduire l’usage des pesticides et à gérer de façon différenciée ses espaces verts. Depuis qu’elle fait du fauchage tardif (depuis 2000), la commune a observé une grande augmentation du nombre de plantes présentes dans ces zones et une amélioration de la biodiversité. La sensibilisation des citoyens fait également partie de ce plan.

L’expérience de la commune de Jodoigne met en lumière l’importance de la méthode des petits pas. Toutes les communes ont leur spécificité, le matériel à acquérir sera différent pour chacune, le changement de mentalité prend du temps, … Les collectivités publiques ont donc tout intérêt à initier dès maintenant ce changement afin d’être prêtes !

         
       
haut

 

24 septembre 2013: L’alimentation durable hors cantine
Après avoir abordé, au cours des années précédentes, l’alimentation durable dans les cantines, Bruxelles-Environnement propose aux acheteurs publics de se pencher sur le thème de l’alimentation durable hors cantine. Seront abordés lors de cette matinée, les critères de durabilité à prendre en considération lors de l’achat de boissons, de petits snacks, de catering pour les réunions, etc. L’aspect « cahier des charges » ainsi que la préparation du personnel au changement seront aussi abordés.
Les inscriptions sont uniquement ouvertes aux acheteurs bruxellois travaillant en commune, CPAS, OIP, etc.
Lieu : Bruxelles
Renseignements et inscriptions : mcgeleyn@environnement.irisnet.be


1er octobre : Formation générale sur l’insertion de critères de développement durable dans les marchés publics

Cette formation abordera la thématique du développement durable au travers des marchés publics. La matinée sera consacrée au cadre juridique de l’intégration de critères durables dans des marchés publics, à la démarche pour mener une politique d’achats durables mais également à la présentation de quelques ressources disponibles, trucs et astuces, etc. Au cours de l’après-midi, la théorie sera mise en pratique et les participants travailleront sur leurs propres cahiers des charges. Les participants sont invités à amener au moins un cahier des charges pour ce module.
La matinée sera donnée en français et l’après midi, les participants intégreront des groupes francophones ou néerlandophones pour les exercices, les ressources et les partages.
Les inscriptions sont uniquement ouvertes aux acheteurs bruxellois travaillant en commune, CPAS, OIP, etc.
Lieu : Bruxelles
Renseignements et inscriptions : mcgeleyn@environnement.irisnet.be

         
       
haut
         
   

écoconso, rue Nanon 98 à 5000 Namur
Tél 081 730 730 | Fax 081 390 790
Web : www.ecoconso.be / E-mail : info@ecoconso.be
n° de compte : 068-2168210-93
Photos : www.sxc.hu

Editeur responsable : Jean-François Rixen - jfrixen@ecoconso.be
Secrétaire de rédaction : Catherine Maréchal - cmarechal@ecoconso.be


Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Avec le soutien de :