Politique
POLITIQUE

Imprimer

Politique

Publié dans Politique

Internet investit de plus en plus l'espace politique (et inversément). Cet outil d'information, de communication et de socialisation est parvenu en peu de temps à contrarier la souveraineté des États, notamment les plus totalitaires. Les sociétés civiles utilisent les moyens de communication instantanés, horizontaux et interconnectés pour faire entendre leurs voix et prôner plus de transparence, de démocratie et de do-ocratie (càd la démocratie du faire, qui implique une grande ouverture à la contribution)


Telecomix ou « Hacker pour la liberté »
Telecomix n'est pas une organisation, mais une "désorganisation" bien réelle qui lutte contre la censure du Net, dans les rues du Caire, de Tunis et d'ailleurs. Une “désorganisation” de hackers, qui est également une idée, celle de la communication libre. Ils sont bénévoles, viennent de partout et fonctionne selon la do-ocratie : “T’as envie de faire un truc ? N’attends pas, fais-le et des gens te rejoindront.”
www.telecomix.org

Mémoire Politique
Le projet, mené par l’organisation la Quadrature du Net, qui “défend les droits et libertés des citoyens sur Internet”. Il se veut une boîte à outils (codée et enrichie par des contributeurs bénévoles) pour scruter les votes de nos représentants européens, rassembler des infos sur leur travail et donc voir quelle est leur position sur les projets dangereux, selon la Quadrature du Net, pour le réseau, par exemple, le très controversé ACTA ou Accord commercial anti-contrefaçon.
www.memopol2.lqdn.fr

GlobaLeaks
GlobaLeaks n’est pas un service de lancement d’alerte en tant que tel mais un projet qui vise à offrir un ensemble de logiciels libres, d’outils et de bonnes pratiques pour mettre en place sa propre plateforme de fuites d'information. L’idée part d’un constat : il existe beaucoup de projets type Wikileaks mais aucun qui ne soit tout à fait libre. En offrant un logiciel qui permet d’installer ce genre de plateforme, avec les garanties d’anonymat et de protection des données nécessaires, GlobaLeaks veut combler ce manque. Les publics cibles vont des médias internationaux aux petites entreprises, des agences publiques aux activismes de la transparence. Toujours à l’inverse de WikLeaks, GlobaLeaks n’a pas de visage médiatique mais uniquement des contributeurs anonymes et n’est en aucun cas impliqué dans le traitement des documents.
www.globaleaks.org

HackDemocracy
Les données ouvertes, la transparence, l’activisme numérique ou soutenu par le numérique, le whistleblowing, les médias citoyens. Pêle-mêle, voici le genre de sujets qu’on débat chaque mois aux rencontres HackDemocracy, organisée au BetaGroup Co-Working Space à Bruxelles ainsi qu’à San Francisco. Leur devise : “Des innovations pour plus de démocratie”. Avec l’objectif de rassembler hackers et officiels dans des projets collaboratifs et d’alimenter une réflexion sur les limites et promesses des nouvelles technologies.
www.meetup.com