Chasser les mauvaises odeurs

Photo par twitter.com/mattwi1s0n sur flickr - https://goo.gl/hvothU
Photo par twitter.com/mattwi1s0n sur flickr - https://goo.gl/hvothU

Type de publication:

Fiches-conseils n°21

Thématiques : 

Mots-clés : 

Les odeurs sont des molécules chimiques disséminées dans l'air que nous respirons. Leur appréciation est subjective : les uns trouvent ce parfum agréable alors qu'il en incommode d'autres. Elles influencent notre bien-être et même notre comportement.

 

Aujourd'hui, tout doit « sentir ». Les producteurs l'ont bien compris : le marché des odeurs est vaste et rapporte gros ! Désodorisants permanents, vaporisateurs, plaquettes WC pour masquer les pestilences, tissus parfumés, diffuseurs de parfum et multiples senteurs pour rafraîchir et embaumer : les gammes sont larges et proposées dans une multitude de conditionnements.

Composition

Ces produits contiennent généralement un support, un parfum naturel ou synthétique, un gaz propulseur (aérosol) et des additifs (conservateurs, désinfectants...). Plusieurs de ces composants sont nocifs pour la santé (irritants, allergisants, cancérigènes...). En les vaporisant dans l'atmosphère de nos maisons, ils viennent s'ajouter aux polluants qui la contaminent déjà. En outre, ces molécules vaporisées en très fines gouttelettes sont d'autant plus dangereuses qu'elles pénètrent plus facilement et profondément dans les voies respiratoires.

De plus, la production des nombreux éléments des désodorisants et de leurs emballages représente une lourde charge pour l'environnement.

Il est donc utile de les bannir de notre placard et de lutter contre les odeurs désagréables plus naturellement.

Comment faire ?

La meilleure désodorisation est simple : il suffit d'aérer, de renouveler l'air en créant un courant d'air, par exemple, en ouvrant deux fenêtres.

Deux cas particuliers où il ne faut pas lésiner sur l'aération, tout en chauffant l'habitation :

  • après avoir effectué des travaux d'aménagement (peinture, papier peint, traitement du bois...) ;
  • lorsqu'un habitant de la maison est allergique à la poussière (acariens et autres allergènes).

Il faut toujours aérer, quelle que soit la saison, au minimum 2 fois 15 minutes par jour dans chaque pièce…

En outre, des gestes simples et quelques substances naturelles peuvent remplacer efficacement l'arsenal chimique des désodorisants. Les parfums, quelle que soit leur origine, peuvent être irritants ou allergisants. Méfions-nous de leur emploi continu ou en concentration trop importante.

Aucun diffuseur de parfum « chimique » ne remplace un bouquet de fleurs ou quelques pétales séchés mêlés de fruits et d'épices.

Dans la cuisine, l'installation d'une hotte permet d'éliminer la plupart des odeurs et des gaz de combustion nocifs qui peuvent se dégager lors de la cuisson des aliments.

Un demi-citron placé sur l'orifice d'évacuation de l'évier élimine les émanations désagréables provenant du siphon. Au lieu d'essayer de masquer ces odeurs désagréables, le mieux est bien entendu d'entretenir régulièrement les tuyauteries. Une recette écologique ? Mettre 3 cuillerées à soupe d'un mélange de bicarbonate de soude et de sel (mélange 50/50) dans la tuyauterie suivi d'un verre de vinaigre. Laisser agir 15 minutes puis verser de l'eau bouillante. A réitérer chaque semaine…

Les enfants prépareront avec plaisir une « pomme d'ambre » : une orange dans laquelle ils piqueront des clous de girofle. Le fruit peut être enrubanné et accroché dans la pièce. Il dégage une odeur acidulée rafraîchissante.

Pour diffuser un léger parfum épicé, il suffit de remplir un sac de toile de clous de girofle que l'on peut décorer de bâtons de cannelle, d'épis de blés...

Autre « truc » : dans un casier de bois à compartiments, déposons des clous de girofle, des grains de cardamone, du romarin, des écorces d'orange, de la noix de muscade ou d'autres senteurs au choix.

Déposer quelques gouttes d'huile essentielle sur une ampoule électrique que l'on allume n'est pas une bonne idée, les huiles essentielles se dégradant sous l'effet d'une chaleur trop forte. De même, les diffuseurs sur bougie, anneaux sur ampoule, etc. sont à proscrire car les chaleurs élevées dégradent les molécules en substances nocives. Les bâtons d'encens, le papier d'Arménie, les bougies parfumées et les parfums d'ambiance sont à proscrire car ils polluent l'air intérieur en générant des COV dangereux pour la santé. Il vaut mieux déposer quelques gouttes d'huile essentielle sur un galet, composer un pot pourri de plantes odorantes (lavande, herbes aromatiques, écorces d'agrumes, épices, etc.), utiliser un diffuseur d'huiles essentielles à chaleur douce ou à vapeur.

La combustion du soufre chasse les effluves désagréables. Craquer une allumette dans les toilettes remplace un petit coup de spray. Il y a également moyen de fabriquer son propre désodorisant à base d'eau de vie neutre (alcool pour fruits, vodka, etc.) et d'huiles essentielles.

Si le local est muni d'une fenêtre, une plante verte odorante (genre citronnelle) peut s'y développer. Son parfum couvrira agréablement les pestilences.

La fumée de cigarette et de cigare est à l'origine de mauvaises odeurs très tenaces. Evitons de fumer, en particulier à l'intérieur.

Enfin, si nous ne pouvons nous passer du « pschitt », optons pour le vaporisateur manuel, rechargeable ; c'est sans conteste le moyen le plus écologique pour pulvériser un produit et aussi le plus sûr. En effet, les gaz propulseurs des aérosols sont hautement inflammables surtout lorsqu'ils sont utilisés près d'une flamme ou d'une source de chaleur.

Plus d'infos dans le dossier de l'Art d'éco-consommer n°23 « Produits d'hygiène, un parfum de danger » 

Plus d'infos

Sur le blog de Raffa, Le Grand Ménage :
http ://raffa.grandmenage.info

Fichiers attachés : 

Voir aussi