L'objet inutile du mois : le cochon de la Saint-Valentin

Type de publication:

Coin satirique

Thématiques : 

Comment ? écoconso craquerait-il (ou t-elle, c’est un garçon ou une fille, écoconso ?) pour les fêtes commerciales, vendus que nous sommes au Grand Capital ?

Non.

Par contre, il était difficile de ne pas vous parler de la petite merveille du mois en ce jour de Saint-Valentin : la machine à bisou à distance.

Et à quoi est-ce que ça sert ? A rien me direz-vous, sinon on n’appellerait pas ça « l’objet inutile du mois ». C’est vrai, vous avez raison (clairvoyants que vous êtes !)

Mais à quoi cela devrait-il servir selon ses concepteurs ?
A se faire des bisous, entre possesseurs de machines à bisous. Basiquement, c’est une sphère en plastique avec une bouille de cochon - croisé dans on ne sait quelle cave transylvanienne avec un lapin -, munie de lèvres en silicone. Vous embrassez la bête et les capteurs dissimulés dans les lèvres retransmettent les mouvements et vibrations aux lèvres siliconées de la machine à bisou distante.

Ainsi donc, si votre chèr(e) et tendre habite à l’autre bout du monde, vous pourrez dorénavant l’embrasser, si du moins vous n’avez rien contre le petit côté robotophile de la chose. Mieux encore : pourquoi n’utiliser cette modernité sphérique que pour les amoureux vivant dans deux coins opposés de la planète ? (le premier qui dit que la Terre est une sphère et qu’il n’y a pas de coin dans une sphère, va au coin).

Imaginez : votre émission de téléréalité préférée passe ce soir alors que vous aviez prévu une soirée avec l’élu(e) de votre cœur. Pas besoin de videocorder avec fonction pause : annulez votre rendez-vous (un simple sms suffira) et envoyez-lui un bisou par machine interposée. Quel gain de temps et de productivité ! Enfin le Monde Moderne au service des rapports humains.

A propos de rapports humains, il semblerait même – on n’a pas pu vérifier, ce n’est pas encore vraiment commercialisé – que l’on puisse embrasser un personnage virtuel. Peut-être pourrez-vous ainsi – oh fantasme des phantasmes – en rouler une à Lara Croft. (mais si, Lara Croft... si vous n’avez jamais joué au jeu vidéo, vous avez quand même bien vu le film avec Angelina Jolie, non ?). C’est en tout cas ce que souhaite la firme conceptrice, dont le nom de Lovotics est une contraction de love et robotics. On y fait des recherches pour réduire la distance entre humains et robots (ou autres entités virtuelles).

C’est vrai qu’un robot a des sentiments. Je l’ai vu dans un film (mais siii, dans « Wall-E »... vous constaterez qu’aujourd’hui on fait dans la référence au cinéma d’Art et d’Essai). N’oublions pas nos petits robots en ce jour de l’amour !

Petit bémol cependant, il ne semble pas y avoir de fonction « aléatoire ». Il faut choisir un destinataire. Dommage, nous sommes passés là à côté d’un formidable outil de rencontres*.

Sur ce, bonne Saint-Valentin à tous les amoureux (avec on l’espère de vrais bisous 100% nature) et excellente journée à toutes et tous !

* c’est ironique, hein ;-)
** le reste aussi, en fait.

Voir aussi