Moins de plastique pour moins de CO2

Type de publication:

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Jonas Moerman

La production de plastique génère plus de 2 milliards de tonnes de CO2 par an. Citoyens, pouvoirs publics et entreprises peuvent réduire cet impact sur le climat.

On peut économiser 40 kilos de CO2 par personne et par an. Pour cela, on achète moins emballé et on évite les produits à usage unique en plastique.

D'après le WWF, près de 400 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année dans le monde (données de 2016), ce qui génère 2 milliards de tonnes de CO2.

L'ADEME donne quelques valeurs d'émission de CO2 pour des emballages alimentaires :

Type d’emballage

Matériau principal

Kg éq CO2 par kg d’emballage

Barquette en polystyrène

PS (polystyrene)

2,83

Emballage PET

PET (polyéthylène térephtalate)

3.27

 

Bouteille PET

PET

3.4

Emballage plastique souple

PEBD (Polyéthylène basse densité)

2.09

Bouteille de lait

Pot de crème

PEHD (Polyéthylène haute densité)

1.92

Barquette beurre

PP (polypropylène)

2

Facteurs d’émission de différents types de plastiques d’emballage, d’après l’ADEME, FoodGES V1.1 Juin 2016. Seule la fabrication du plastique est comptabilisée, pas les procédés de mise ne forme.

Et lorsqu’il se dégrade dans l’environnement ; le plastique émet aussi des gaz à effet de serre, même si la question doit être approfondie. C’est le cas du polyéthylène, le plastique le plus fabriqué, qui émet du méthane et de l’éthylène en se dégradant.[1]
 

Beaucoup de déchets

On collecte 14,5 kg d’emballages en plastique en vue du recyclage, par personne et par an en Belgique. Mais cela ne représente qu’une partie des emballages ménagers.

Et il n’y a pas que les déchets ménagers : ceux-ci ne représentent que 15% de tous les déchets plastiques produits en Belgique.[2]  Au niveau européen, deux tiers des déchets plastiques ne sont pas recyclés.[3]

Les déchets d'emballage collectés en Belgique sont recyclés dans les pays voisins. Mais que fait-on du reste ? On en exporte beaucoup. Notre petit pays est carrément le 5e pays exportateur de déchets plastiques vers l’Asie, derrière les USA, le Japon, l’Allemagne et le Royaume Uni. On a exporté 448 352 tonnes de déchets vers l’Asie entre janvier et novembre 2018, c’est plus de 40 000 tonnes par mois ![4]
 

Réduire le plastique : une responsabilité pour tous

Chaque kilo de plastique évité est une bonne chose, surtout lorsqu’il s’agit d'emballages et de plastiques à usage unique. Quel gaspillage pour une durée d'utilisation très courte alors qu'il existe de nombreuses alternatives. Par exemple, les magasins de vente en vrac se multiplient, montrant une demande des consommateurs.

> Voir aussi :


La grande distribution s’adapte également en éliminant certains emballages, comme ceux des légumes bio, alors que cela semblait impensable il y a peu.

La réglementation permet de systématiser les bonnes pratiques et d’élever le niveau d’ambition. Après l’interdiction des sacs de caisse jetables, des sacs en plastique dans les rayons fruits et légumes, ce sont des objets à usage unique qui sont visés.

> Lire : 10 objets jetables en plastique bientôt interdits.

L’industrie parvient à diminuer le poids unitaire de certains emballages (par exemple les emballages pour boissons, les flacons de shampoings …). C’est une bonne chose mais ce n’est pas suffisant : il faut diminuer autant que possible l’utilisation de ces produits.
 

Plus d'info

"Climat : arrête d'en faire des tonnes", campagne 2019 d'écoconso

 

[1] Royer S-J, Ferron S, Wilson ST, Karl DM (2018) Production of methane and ethylene from plastic in the environment, PLoS ONE 13(8):e0200574.

Voir aussi