1, 2, 3, je préserve l'eau !

Utiliser l‘eau de façon responsable pour diminuer notre consommation que pour diminuer la pollution des eaux usées
Utiliser l‘eau de façon responsable pour diminuer notre consommation que pour diminuer la pollution des eaux usées

Type de publication:

Fiches 1-2-3

Thématiques : 

Mots-clés : 

Pourquoi s’y mettre ?

L’eau du robinet que l'on consomme en Wallonie vient en très grande majorité de ressources souterraines (nappes phréatiques). Seuls quelques pourcents de l’eau du robinet vient de cours d’eau (eau de surface). C’est un véritable atout quand les nappes sont de bonne qualité.

Dans la problématique de l’eau, il y a en effet deux aspects fondamentaux :

  • la consommation d’eau
  • la pollution de l’eau

Avec 90 litres d’eau utilisés par personne et par jour à la maison, les Wallons se situent parmi les petits consommateurs d’eau en Europe. Nous ponctionnons pourtant encore trop nos réserves ! Si, de prime abord, cela semble paradoxal, cela s’explique, d’une part parce que 40% de l’eau puisée est exportée (Bruxelles, Flandre) et d’autre part, en raison de l’importance de la population à alimenter sur un territoire relativement petit. La gestion des ressources en eau est également une préoccupation majeure à l‘heure du réchauffement climatique.

La pollution de l’eau reste, elle, un élément inquiétant. Pesticides, nitrates, nitrites, matières organiques, phosphates sont quelques-uns des polluants retrouvés dans les eaux souterraines ou de surface. Si la qualité des masses d’eau souterraines est encore bonne dans la plupart des cas, celle des eaux de surface reste problématique à plusieurs endroits.

Comment faire ?

Utiliser l‘eau de façon responsable fait la part belle aux gestes de prévention, tant pour diminuer notre consommation que pour diminuer la pollution des eaux usées que l'on rejette.

Les plus gros consommateurs d’eau (potable !) sont les postes suivants :

  • 33% sont consacrés à la chasse d’eau ;
  • 33% à l’hygiène corporelle ;
  • 15% pour la lessive ;
  • 7% pour la vaisselle ;
  • 9% pour le nettoyage, le jardinage et  l’arrosage des plantes ;
  • et seulement 3% pour la boisson et la préparation des aliments !

Les toilettes, l’hygiène, la lessive et la vaisselle sont, potentiellement, les points les plus polluants.

Étape 1

  • Installer une douchette économique. Un pommeau de douche économique limite la consommation d’eau en aérant le jet. On garde la même sensation sous la douche tout en limitant la consommation à 6 litres par minute, contre 10 pour un pommeau standard (voire beaucoup plus pour les douches à jets multiples). Les économiseurs de débit à placer sur les robinets permettent également de faire des économies substantielles.
  • Installer une chasse à double bouton ou à arrêt manuel. Les meilleurs modèles permettent de n’utiliser que 3 litres d’eau (pour les petites commissions) là où les anciens consomment 10 litres ou plus. Si le changement n’est pas possible, je mets une bouteille remplie d’eau, fermée dans le réservoir de la chasse : cela diminue le volume d’eau consommée à chaque utilisation.
  • Couper l’eau quand je me savonne et quand je me brosse les dents. Couper l’eau sous la douche pendant ne fût-ce que 3 minutes, c’est facilement 20 litres d’économisés par jour.
  • Je traque les fuites. Un robinet qui coule goutte à goutte représente une perte de 4 l/heure soit près de 120 € /an (à 3,5 € le m3 *) ; une chasse d’eau qui fuit, 25 l/heure, soit plus de 720 €/an !
    * en 2011
  • Éviter d'utiliser un broyeur sur mon évier. Il est en effet interdit de rejeter des matières solides dans l’eau. Si ce sont des matières organiques, cela asphyxie les cours d’eau, augmente les quantités de matières à traiter par les stations d’épuration, risque de colmater les stations individuelles...
  • Éviter tous les produits toxiques, notamment tous ceux qui contiennent de la Javel et des composés chlorés: ils sont agressifs pour notre santé et l’environnement et bien souvent inutiles ! (cf. fiche « 1, 2, 3, je passe à l’entretien écologique »). Je ne jette pas, non plus, les restes de produits toxiques à l’évier (peinture, lavage des pinceaux...) mais les amène au parc à conteneurs.
  • Pour le jardin, limiter l’utilisation des engrais de synthèse. S’ils sont une nourriture pour la plante, ils sont aussi très facilement lessivés par la pluie et vont polluer cours d’eau et nappes phréatiques. Je leur préfère des engrais organiques, dont la composition et la « formule » en font des engrais à dissipation lente, qui restent fixés dans le sol. De la même manière, bannir tous les pesticides !

Étape 2

  • Utiliser des produits d’entretien écologiques (vaisselle, lave vaisselle, lessive, toilettes). Leurs ingrédients ont en effet un impact limité sur l’environnement et sur la pollution de l’eau en particulier. On les reconnaît grâce aux labels ci-contre ou en lisant leur liste d’ingrédients (cf. brochure « Les étiquettes sans prise de tête »).
  • Pour les mêmes raisons, utiliser des produits d’hygiène et des cosmétiques plus écologiques. En plus, ils sont aussi meilleurs pour la santé.
  • Installer une citerne d’eau de pluie chez moi. Si elle est intégrée au bâtiment et reliée au circuit d’eau, elle pourra servir pour alimenter les toilettes, la lessiveuse, les douches... mais une simple citerne en plastique pour arroser le jardin fait déjà faire de belles économies.
  • À l’achat d’un appareil neuf, opter pour celui qui consomme le moins d’eau à efficacité comparable en lisant l’étiquette énergie.

Étape 3

  • Réduire sa panoplie de produits d’entretien aux basiques : vinaigre, bicarbonate de soude, détergent écologique multiusage... Il n’y a pas besoin de plus ! On peut même fabriquer soi-même de très bons produits, efficaces, écologiques et meilleur marché que ce que l’on peut trouver dans le commerce.
  • Utiliser une toilette sèche. Les toilettes sèches ne consomment pas d’eau du tout, l’eau étant tout simplement remplacée par de la sciure, celle-ci étant ensuite déposée sur le compost. Si le premier contact est surprenant quand on ne connaît pas le système, il faut savoir que ce n'est pas malodorant et que ça ne consomme pas la moindre goutte d’eau !

Pour aller plus loin !

Publications d’écoconso :

Fiches 1, 2, 3 :

Eau de pluie :

Sur l’eau en général :

Fichiers attachés : 

Voir aussi