L'objet inutile du mois : le siège à popo pour ibébé

Type de publication:

Coin satirique

Thématiques : 

J’hésite.

J’hésite car comme vous pouvez le supputer à la lecture du titre de cet article, on ne va pas parler ici du délicat parfum des petites fleurs de prairies sauvages au petit matin printanier. Le risque est donc grand de tomber dans la digression intestinale post-digestive, communément appelée « humour pipi caca » (ça y est, je l’ai dit).

Bon, soyons raisonnables, écoconso est une association sérieuse et de bon goût et mon chef (adoré) lit cette rubrique, je ne voudrais pas fauter.

Cette petite précision liminaire étant faite, parlons du sujet qui nous préoccupe ce mois-ci, à savoir le ipopo. Enfin, pas tout à fait, son nom est en réalité « ipotty ». Et que fait le ipotty ? Il permet à bébé de faire sa petite (ou grosse, ne soyons pas sectaires) commission, le postérieur bien calé sur sa chaise à popo, tout en ayant face à lui, indispensable des indispensables, sa tablette tactile favorite (ou celle de ses parents, si lesdits parents ne craignent pas les traces de doigts intempestives, ce qui, au vu de l’emplacement du support à tablette de la chaise à popo, est quand même un peu risqué).

Eh oui, on vient d’inventer le pot de chambre pour bébé muni d’un support pour y fixer une tablette tactile. Le biniou a même été présenté officiellement au dernier CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, au même titre que les derniers écrans OLED.

C’est extraordinaire.

Certes, amener bébé à délaisser les couches pour le trône n’est pas toujours chose facile. Cela implique même parfois d’user de ruses qu’un Sioux ne renierait pas.

Mais bon sang, doit-on pour cela avoir recours à un écran ? C’est vrai qu’un écran, quel qu’il soit, a un pouvoir hypnotique incroyable, voire terrifiant. On connaît même des parents très soucieux de ne pas habituer leur bambin à la télé, qui, malgré tout, mettent leur progéniture devant un DVD dans l’espoir parfois vain d’obtenir, par cette manœuvre concédée à l’impérialiste société de consommation, quelques minutes de répit afin de pouvoir préparer les lentilles du lendemain.

Tout le monde peut craquer.

Mais une tablette pour s’occuper pendant qu’on apprend à expulser la « chose » ? N’aurait-on plus aucun moyen de communication ou d’éducation qui ne passe par un écran ? L’écran tout-puissant, objet devenu culte et indispensable à toute réalisation de soi, que ce soit via la tablette, le smartphone, la télé ou l’ordinateur et son incontournable compte facebook. Connectez-moi, s’il vous plait connectez-moi et ce depuis le plus jeune âge, s’il vous plaît ne me laissez pas seul, avec des êtres humains que je ne connais même pas, mes parents en l’occurrence, s’il vous plait connectez-moi, divertissez-moi, mettez-moi un écran devant les yeux, que je puisse faire autre chose en même temps que mes petits besoins personnels et surtout, surtout, ne pas penser à ce que je suis en train de faire !. S’il vous plait, s’il vous plait… Ah là là là que se passerait-il sinon ?

Mais je m’égare.

Plus prosaïquement, a-t-on pensé à toutes ces idées géniales qui seront à jamais tuées dans l’œuf à cause du ipotty, le moment-popo étant bien souvent un moment d’intense réflexion non pollué par toutes ces sollicitations qui nous entourent ? (cela dit, cette remarque vaut aussi pour le magazine à potins que vous lassez traîner à côté de la cuvette...)

Et je ne vous parle pas de toutes les tablettes que l’on devra mettre à la benne plus rapidement que prévu, irrémédiablement souillées, irrécupérables même au Dettol, suite à un malheureux accident d’expulsion digestive. La quantité de déchets que ça va encore nous faire cette affaire-là !
Décidément on vit une époque bien difficile. Pour les adultes comme pour les enfants.

Et comme le soulignait, avec un brin d’amertume dans la voix, le célèbre philosophe : « Dur dur d’être bébé ».

Voir aussi