Pourquoi opter pour la vaisselle réutilisable ou compostable ?

Les gobelets réutilisables ont conquis les festivals. Photo par  Marc ROUSSEL sur flickr - https://goo.gl/6AFywG
Les gobelets réutilisables ont conquis les festivals. Photo par Marc ROUSSEL sur flickr - https://goo.gl/6AFywG

Type de publication:

Fiches-conseils n°139

Thématiques : 

Mots-clés : 

La vaisselle et les gobelets en plastique sont peut-être pratiques. Mais ils génèrent beaucoup de déchets. Solutions : la vaisselle réutilisable ou compostable.

La vaisselle et les gobelets jetables sont bien pratiques lors de petites sauteries. Ils permettent de combler un besoin occasionnel de vaisselle supplémentaire, sont incassables et pas trop chers.

Oui mais voilà. L'ennui, c'est que ces assiettes et couverts en plastique (en polypropylène en polystyrène) ou en carton (avec un revêtement de polyéthylène ou paraffiné) génèrent beaucoup de déchets, surtout lors de « grands » événements.

Deux solutions comme alternatives au jetable : la vaisselle réutilisable et la vaisselle compostable.

Le gobelet réutilisable

À la maison on peut évidemment utiliser des verres et tasses classiques en verre, porcelaine, grès... Mais si on invite plusieurs personnes et/ou si on souhaite limiter les risques de casse, le gobelet réutilisable est une bonne alternative.

En plastique, les gobelets sont généralement faits à base de polycarbonate (PC) ou de polypropylène (PP).

  • Le PC : plastique dur et transparent qui ressemble au verre. Souvent utilisé pour des bouteilles, ustensiles de cuisine ou... les biberons. Le PC est controversé à cause du bisphénol-A, qui le compose, et qui se retrouve dans les boissons ou les aliments que le récipient en PC contient. Le bisphénol-A est considéré comme perturbateur endocrinien et a d’ailleurs été interdit dans les biberons en Europe (et même dans d’autres récipients, en France par exemple).
  • Le PP : plus souple et d'un blanc laiteux. Il est moins problématique d’un point de vue santé même s’il peut aussi libérer des POSH (sorte d’huile minérale) ou du BHT (hydroxytoluène butylé).

De manière générale, les migrations entre le contenant et le contenu sont favorisées par le gras ou la chaleur. Ces migrations ne sont problématiques pour la santé que lors d’expositions fréquentes ou pour des personnes plus sensibles (enfants...).

Si l'utilisation du gobelet est occasionnelle, le risque est négligeable.

Le gobelet compostable

Les gobelets compostables sont fabriqués en PLA, acide polylactique. L'amidon de cultures telles que le maïs est transformé en sucre. Un processus de fermentation transforme à son tour le sucre en acide lactique, qui sert de base à la production d'un plastique dit « biosourcé ». Après utilisation, le gobelet peut être composté industriellement : il se dégrade en 8 semaines et le produit final peut être utilisé comme compost. Il ne se dégradera par contre pas (ou très lentement) dans un compost « maison » ou, pire, dans la nature. S’il a une image plus verte, l’impact environnemental est à nuancer.

Alors, réutilisable, jetable classique ou compostable ?

Le point de vue pratique

Si le gobelet réutilisable demande un certain effort organisationnel pour la reprise, plusieurs expériences ont déjà montré qu'il est faisable d'utiliser gobelets et vaisselle réutilisable. Les conditions : une logistique bien pensée, une équipe bien préparée, une communication efficace et une consigne importante (jusque 2 euros par gobelet).

Une salle de concert comme l’Ancienne Belgique à Bruxelles utilise un système de gobelets réutilisables et consignés depuis de nombreuses années.

Enfin, quelques sociétés ou pouvoirs publics organisent des prêts de gobelets réutilisables (et le nettoyage) comme la Province de Luxembourg, Bruxelles-Environnement ou le BEP (Namur). Demandez-nous la liste complète !

Si le passage aux gobelets réutilisables n’est pas possible, il y a toujours moyen de minimiser l’impact de gobelets jetables. Réutiliser, sur une même journée, son gobelet jetable diminuera d’autant l’impact qu’il a sur l’environnement.

Le point de vue environnemental

Très souvent, le gobelet le plus intéressant d’un point de vue environnemental est le gobelet réutilisable. S’il demande plus de ressources qu’un gobelet jetable, il se « rattrape » grâce au fait qu’il est réutilisable : son « coût » est ainsi amorti sur de nombreuses réutilisations, même s’il doit être lavé. Si ce nombre varie, les études (voir liens en bas de la page) montrent que le gobelet réutilisable est plus intéressant qu’un jetable à partir d’une dizaine de réutilisations. C’est typique des produits réutilisables : le sac de caisse est, lui aussi, plus intéressant d’un point de vue environnemental que le jetable à partir du moment... où il est réutilisé.

Dans certains cas cependant, des gobelets jetables peuvent faire jeu égal avec les gobelets réutilisables, surtout dans le cas où les gobelets jetables seraient fortement recyclés et les gobelets réutilisables auraient un taux de récupération faible, par exemple. Attention qu’il n’existe pas, pour le consommateur, de filière de recyclage de gobelets en Belgique.

Si l’on s’intéresse uniquement aux gobelets à usage unique, le bilan est plus difficile à établir. Certaines études les considèrent comme ayant un impact global très similaire, qu’ils soient en plastique « traditionnel », recyclable ou biodégradables (en PLA ou en carton). Parfois même le gobelet en plastique traditionnel est à préférer. Attention que si l’impact global est similaire, la « manière de polluer » varie d’une matière à l’autre.

Dans tous les cas, c’est plutôt le côté « à usage unique » qui prime sur la matière utilisée en terme d’impact environnemental.

Quid pour la vaisselle et les couverts ?

Plats et assiettes, bols, barquettes, couverts et autres accessoires existent également sous forme compostable et réutilisable. Les écobilans montrent le même genre de tendance que pour les gobelets, à savoir que la vaisselle réutilisable a un meilleur bilan que la vaisselle jetable, même compostable.

En savoir plus

Chez écoconso

Autres sources et écobilans

Fichiers attachés : 

Voir aussi