Le radon

Où y a-t-il du radon en Belgique?
Où y a-t-il du radon en Belgique?

Type de publication:

Fiches-conseils n°87

Thématiques : 

Mots-clés : 

Le radon est un gaz radioactif qui émane du sous-sol et peut se faufiler à l'intérieur des maisons. Inodore, incolore et insipide, il passe souvent inaperçu. Selon l'OMS, c'est pourtant la deuxième cause de cancer des poumons, après le tabagisme. Comment identifier sa présence et s'en protéger ?

D'origine naturelle, le radon émane du sol. Les éléments radioactifs du sous-sol, présents en proportions variables dans la plupart des roches, sont notamment l'uranium 238, l'uranium 235 et le thorium 232. Ces éléments sont instables et se désintègrent progressivement jusqu'à ce qu'ils trouvent une forme stable: le plomb. En se désintégrant, ils donnent naissance à des descendants radioactifs comme le radium et le gaz radon.

L'unité de mesure de l'activité radioactive du radon de l'air se mesure en Becquerels par mètre cube d'air: Bq/m3.

Où trouve-t-on du radon ?

  • Dans le sol et les maisons. Généralement, le radon se dilue rapidement dans l'atmosphère dès qu'il atteint la surface du sol. Mais là où il fait surface, il y a souvent... un bâtiment. Il s'infiltre alors à travers les fissures jusqu'aux caves et pièces d'habitation des maisons calfeutrées. Piégé, il peut alors s'y accumuler et parfois atteindre des concentrations importantes. Plus on s'éloigne de la cave, plus la concentration diminue.
  • Dans les matériaux de construction. Il n'y dépasse toutefois pas quelques dizaines de Bq/m3 en général, alors que le sol de l'habitation peut être la source de concentrations de quelques centaines de Bq/m3.
  • En Wallonie, et surtout dans les Ardennes. La concentration de radon que l'on respire est généralement très faible: moins de 10 Bq/m3 en moyenne. Mais elle varie fortement d'une région à l'autre, d'une maison à l'autre, en fonction de la nature géologique du sous-sol. Elle varie aussi en fonction du moment de la journée, des saisons et des conditions météorologiques. Le sud du pays est ainsi plus exposé que le nord. La concentration moyenne pour la Flandre est de 40 Bq/m3 contre 80 Bq/m3 pour la Wallonie. C'est surtout dans les Ardennes que les valeurs les plus élevées sont enregistrées.

Comment le mesurer ?

On peut procéder au dépistage du radon en se procurant un détecteur auprès des Centres provinciaux de Santé, de l'IRISIB et de l'Agence fédérale de Contrôle Nucléaire (coordonnées en fin d'artice). Ce détecteur est à placer dans la pièce la plus fréquentée de la maison pendant 3 mois, idéalement en période hivernale.

Il est également possible d'effectuer une mesure plus rapide, en plaçant un détecteur pendant 3 jours. La mesure sera moins précise mais permettra de se faire une première idée. Cela peut être utile lors de l'achat d'une maison, par exemple.

Selon que la mesure soit à court ou à long terme (recommandé!), le prix du détecteur varie de 20 à 35 €. Il existe également d'autres institutions ou firmes chez lesquelles les coûts d'acquisition et de l'analyse varient selon le type de détecteur souhaité.

À partir de quand et comment faut-il agir?

Si la mesure de dépistage dans une pièce habitée donne:

  • moins de 60 Bq/m³ : la situation est normale, aucune action ne s'impose ;
  • de 60 à 100 Bq/m³ : la concentration est un peu plus élevée que la normale, mais n'est pas inquiétante. Il faut veiller à assurer une ventilation suffisante, particulièrement dans les caves et vides sanitaires et à colmater les voies de passage possibles du radon ;
  • de 100 à 300 Bq/m³ : une action peut être envisagée, surtout si un enfant ou un fumeur est exposé. Cette action n'est ni impérative ni urgente ;
  • de 300 à 1000 Bq/m³ : on prend les mesures simples qui sont possibles. C'est le moment de faire exécuter une étude détaillée du problème et un dépistage dans l'ensemble des pièces ;
  • plus de 1000 Bq/m ³: le problème doit être résolu rapidement. En attendant l'exécution des travaux nécessaires, aérer si possible en permanence les pièces occupées.

Quels sont les effets sur la santé?

Le radon est un cancérogène reconnu depuis 1987. Il augmente les risques de développer un cancer du poumon. Des études indiquent que le risque de développer un cancer du poumon en lien avec l'exposition au radon à l'intérieur des habitatations augmente de 16 % par tranche de 100 Bq/m³.

En réalité, lorsqu'on le respire, le radon lui-même ne reste que quelques secondes dans les voies respiratoires. Par contre, les descendants immédiats du radon (provenant de sa désintégration), eux-mêmes radioactifs mais non gazeux, ont tendance à se fixer sur les particules fines constamment présentes dans l'air. Ces poussières, une fois inhalées, viennent se déposer d'une part sur les bronches et, d'autre part, sur les parois des poumons, puis s'y désintègrent en les irradiant.

Le radon est responsable de 470 cancers du poumon par an en Belgique, la plupart des personnes touchées sont des fumeurs. Le risque encouru par des fumeurs exposés au radon est beaucoup plus grand car, pour eux, les effets nocifs du tabac et du radon se combinent et se renforcent l'un l'autre.

Quelles précuations en cas de nouvelle construction ?

Avant d'entamer la construction d'une nouvelle habitation, il est fortement conseillé de s'informer sur la situation locale du radon, surtout si l'on veut s'implanter en Ardenne.

Il est alors recommandé de mettre en oeuvre des mesures de prévention pour éviter l'infiltration de radon (placement d'une couche plastique imperméable au radon, entre la chape et le sous-sol), ainsi que des mesures visant à une bonne ventilation (surtout les pièces du sous-sol comme la cave, le garage).

Depuis début 1997, chaque habitation neuve, en Région wallonne, doit respecter une norme de ventilation (NBN D 50- 001). Elle contribue à créer une atmosphère de qualité. Les particuliers désirant obtenir des conseils peuvent s'adresser à un architecte, à un entrepreneur ou encore au Centre provincial de Santé de leur région.

La législation en vigueur

Il n'existe à l'heure actuelle aucune norme obligatoire en matière de radon, ni en Belgique ni au niveau de l'Union européenne. Cette dernière recommande toutefois d'agir pour des concentrations dépassant 400 Bq/m³ dans les habitations et les lieux de travail. La Directive 2013/59/Euratom abaisse cette valeur limite à 300 Bq/m³. Elle doit être transposée par les états membres avant le 6 février 2018. 

Adresses utiles en Belgique

Agence fédérale de Contrôle Nucléaire
Cellule radioactivité naturelle.
Monsieur A. Poffijn
Rue Ravenstein, 36
1000 Bruxelles
Tél. 02/289.21.36
radon@fanc.fgov.be
http://www.afcn.fgov.be
IRISIB asbl
Rue Royale, 150
1000 Bruxelles
http://irisib.be/departements/departement-nucleaire/
Centres provinciaux de Santé
Province de Luxembourg
Services d'Analyse des Milieux intérieurs
Observatoire provincial de la Santé 
Tél.: 084/31.05.03
samilux@province.luxembourg.be
 
Eupen
Centre Radon de la Communauté Germanophone
Tél.: 087/59.63.00
info@dglive.be
Région bruxelloise
Bruxelles Environnement (CRIPI)
cripi@environnement.irisnet.be
 
Hainaut Vigilance Sanitaire 
Tél.: 065/40.36.10
hvs.radon@hainaut.be
Namur
Service d’Analyse des Milieux Intérieurs
Département cohesion sociale et habitat sain
Tél.: 081/77.67.14
sami@province.namur.be
Liège
Service d'Analyse des Milieux Intérieurs
Tél.: 04/230.48.00
sami@provincedeliege.be

Province du Brabant wallon
Service d’Analyse des Milieux Intérieurs
Tél : 010/23.62.77 - 010/23.62.02 
sami.bw@brabantwallon.be

Voir aussi