Pourquoi c'est si bon de rouler à vélo en ville ?

À vélo en ville, on avance souvent plus vite que les voitures !
À vélo en ville, on avance souvent plus vite que les voitures !

Type de publication:

Fiches-conseils n°98

Thématiques : 

Mots-clés : 

Bon pour la santé, non polluant, économique, vivifiant, peu encombrant, silencieux, rapide, facile à entretenir, accessible de 7 à 77 ans... Le vélo présente de solides atouts, surtout pour se déplacer en ville ! En fait, le plus grand frein à son utilisation quotidienne, ce sont les idées reçues.

Le vélo : une solution d'avenir

La circulation automobile dégrade fortement la qualité de la vie urbaine : pollution de l'air, bruit, embouteillages, stress, accidents, perte d'espaces... En ville, ce n'est plus « ma voiture, ma liberté » tant il est difficile d'avancer et de se garer ! Selon l'OMS, la pollution due aux voitures tue davantage que les accidents de la route.

En ville, plus de 45% des déplacements effectués en voiture font moins de 5 km : une distance très accessible à vélo. Se déplacer à bicylette permet aussi de joindre l'utile au bénéfique. D'après la British Medical Association, 30 minutes de vélo par jour permettraient de diminuer les risques cardio-vasculaires par deux. Bien plus encore, la pratique du vélo réduirait les risques d'obésité, d'hypertension et augmenterait la productivité au travail.

Chasser les idées reçues

La météo

« Si c'est pour arriver mouillé, non merci »

La météo est l'un des principaux obstacles à l'emploi du vélo. Dans notre pays, il ne pleut pourtant que 4% du temps et la probabilité d'essuyer une averse dans les 10 minutes est à peine de 1%. Des sites Internet se sont même spécialisés dans la météo vélo ! Ils offrent aux cyclistes des informations météorologiques précieuses avant de se mettre en selle, comme l'indice de visibilité ou encore la force du vent. Au pire, prendre avec soi un pantalon de pluie léger et facilement enfilable / enlevable sans enlever ses chaussures est une bonne idée (choisir un pantalon avec des tirettes qui remontent jusqu'au mollet au moins).

La qualité de l'air

« L'air est trop pollué »

C'est indéniable mais il y a plus de polluants (CO, benzène, toluène, xylène, NOx...) dans l'habitacle des voitures que dans l'air extérieur ! Le cycliste inhale beaucoup moins de polluants que l'automobiliste, alors qu'il fournit un effort physique et respire plus d'air.

Pourquoi ? Les prises d'air d'une voiture se situent à l'avant, près du sol, et aspirent les gaz d'échappement des voitures qui précèdent. Des gaz provenant du réservoir et du pot d'échappement entrent aussi dans l'habitacle. Le nez du cycliste, lui, est déjà plus haut et puis, le vélo ne connaît pas les embouteillages : il remonte les files et se place devant les autos !

Le relief

« Moi je veux bien, mais avec toutes ces côtes... »

Il est souvent possible de trouver des itinéraires moins dénivelés. Les vélos actuels ont de nombreuses vitesses et, en grimpant à votre aise, ce que vous croyiez être un calvaire se révèle un plaisir ! Vous vous apercevrez aussi qu'avec un peu de pratique, les progrès sont rapides. Un vélo électrique peut aussi être une solution.

La sécurité

« Rouler à vélo, c'est dangereux ! »

Les infrastructures et le comportement des automobilistes ne sont pas toujours favorables aux deux-roues. Mais les pouvoirs publics commencent à prendre le vélo au sérieux et des améliorations concrètes voient le jour. D'autre part, plus il y aura de cyclistes, plus vite les automobilistes apprendront à partager la route. Pour maximiser votre sécurité, signalez vos changements de direction, anticipez les mouvements des voitures, roulez avec un bon éclairage... et bien entendu, respectez le code de la route ! Enfin, le casque est un précieux allié qui peut vous éviter le pire en cas d'accrochage.

Le vol

« J'ai trop peur de me le faire voler »

En 2015, 34 150 vols de vélos ont été enregistrés en Belgique, presque 100 par jour. C'est beaucoup mais saviez-vous qu'une bonne partie sont retrouvés ? Le problème est de savoir qui en est le propriétaire, d'autant que 2/3 des victimes de vol de vélos ne le déclarent pas à la police.

Une solution simple est le marquage du vélo : votre numéro national est gravé sur le cadre. Ce service, la plupart du temps gratuit, est disponible un peu partout à Bruxelles et en Wallonie, parfois lors d'événements vélocipèdes. Liste des endroits où l'on peut faire graver son vélo : https://www.provelo.org/fr/rd/documentation/avantages-gravure

Afin de retrouver plus facilement son vélo, un geste utile est de compléter et garder soigneusement une carte de signalement du vélo indiquant un descriptif détaillé (marque, modèle, couleur, numéro de fabrication, défauts, etc.). Faire des photos de votre vélo permettra également une identification plus rapide en cas de vol.

Il est également à noter que certaines compagnies d'assurances proposent d'assurer votre vélo contre le vol et les dégâts matériels. Dans tous les cas, si vous êtes victime d'un vol le plus important est de faire une déclaration à la police.

Choisir un cadenas solide est primordial. Le meilleur choix est un cadenas en U de qualité (en général : lourd et cher). Ils peuvent être coupés avec du matériel adapté (disqueuse...) mais découragent la plupart des voleurs. Si nécessaire, on peut coupler un cadenas en U avec un deuxième cadenas en U, un cadenas "minute" qui bloque la roue arrière etc. Guide de Pro Velo pour le choix d'un bon cadenas : http://www.provelo.org/fr/rd/guides-achat/cadenas

Quelques conseils supplémentaires pour décourager les voleurs :

  • Attachez la roue et le cadre à un objet fixe et dans un endroit bien visible. Attention que fixe ne veut pas dire sûr : certains voleurs dévissent des panneaux de signalisation pour faire passer le vélo par au-dessus du poteau. De plus en plus de parkings sont aménagés pour les deux-roues. 
  • Ne rien laisser sur votre vélo (sacoche, lampe, kit de réparation, etc.).
  • Attacher systématiquement le vélo, même pour "5 minutes".

Toutes ces petites pratiques peuvent considérablement augmenter vos chances de récupérer le vélo dérobé.

D'autres incitants

Une fiscalité avantageuse

Certains employeurs encouragent leurs travailleurs à utiliser le vélo pour se rendre au travail (ou pour des missions) et leur remboursent jusqu'à 0,22 /km net d'impôtsPlusieurs communes proposent aussi une prime à l'achat d'un vélo électrique. Ces primes sont variables (entre 50 et 300) et accessibles sur demande de dossier et calculées en fonction des revenus du demandeur.

La prime Bruxell'air permet de recevoir un abonnement Cambio Start ainsi qu'un abonnement de transport en commun ou une prime vélo (de 505€ maximum) si vous remettez votre plaque d'immatriculation et renoncez à votre voiture.

Des offres de location sur mesure

Vous ne possédez pas de vélo ? Peut-être avez-vous déjà envisagé d'en louer un ? De nombreuses formules existent allant de la location occasionnelle à annuelle (leasing). Elles sont parfois proposées en complément de votre abonnement annuel de bus ou de train.

Des villes comme Namur ou encore Bruxelles mettent en place des systèmes automatiques de vélo libre-service (Libiavelo, Villo...). Les bornes de location sont placées en ville à des endroits stratégiques. Vous empruntez un vélo et vous pouvez le déposer à n'importe quelle autre borne prévue à cet effet. Le paiement s'effectue toujours par carte bancaire.
Sites Internet : www.villo.be et www.libiavelo.be

Dans le même ordre d'idées, des points vélo Blue Bike sont présents dans les principales gares de Belgique. Le principe est simple : un vélo vous attend à la sortie du train pour les derniers kilomètres jusqu'à votre destination finale.
Infos : www.blue-bike.be

RAVel et Sens Uniques Limités (SUL) : des aménagements propices aux vélos

En Wallonie, il existe un réseau constitué de voies ferrées désaffectées et de chemins de halage, spécialement dédié aux usagers lents : le RAVeL (Réseau Autonome des Voies Lentes). Celui-ci présente une faible déclivité et croise rarement la voirie ordinaire, ce qui le rend idéal pour la pratique du vélo. Voici une excellente opportunité de découvrir votre région ! Infos : http://ravel.wallonie.be 

Plusieurs villes appliquent les SUL (Sens Uniques Limités). Les cyclistes peuvent ainsi emprunter certains sens uniques, ce qui leur évite de longs détours et augmente la sécurité du parcours.

Comment choisir son vélo ?

Vélo de ville, pliable, couché, à assistance électrique, cargo bike, biporteur, triporteur… Un bon vélo est avant tout un vélo qui répond à l'usage que vous en faites.

Pour ceux qui sont véritablement allergiques aux montées, une solution existe : le vélo électrique. En dessous de 15 km/h, un moteur double la force de pédalage. Ensuite, l'aide diminue progressivement et le moteur s'éteint à partir de 25 km/h. Ce type d'engin connaît un succès certain à tel point qu'en 2015 il s'est vendu davantage de vélos électriques (31,4% des ventes) que de vélos urbains (30,7%).

Pour ceux qui combinent les moyens de transports, le vélo pliable est la solution idéale lorsque l'on souhaite disposer de son vélo partout. Système de pliage, encombrement, poids, stabilité, confort et prix sont autant de critères à prendre en compte lors de l'achat de ce type de vélo. À lire : notre dossier sur ce sujet.

Avant de choisir son type de vélo, il convient de se poser les bonnes questions :

  • Ai-je besoin d'un vélo pour des trajets occasionnels ou réguliers ?
  • Vais-je effectuer de courtes ou de longues distances ?
  • Vais-je rouler sur des surfaces planes ou dénivelées ?
  • Serai-je amener à combiner vélo et transports en commun ?

Entretenir son vélo

L'entretien régulier de son vélo est une garantie de sécurité. Vérifier le bon fonctionnement des freins, la pression des pneus, ou encore les catadioptres et l'éclairage permet d'éviter des mauvaises surprises. Certaines associations de cyclistes mettent gratuitement à disposition des cyclistes leurs ateliers, leurs outils de réparations ou encore une liste des paramètres à vérifier pour rouler en toute sécurité.

Une solution à tester !

Si la voiture paraît incontournable pour certains déplacements, le vélo est tout à fait compétitif en ville, surtout pour de courts trajets (5 km et même plus). Les transports en commun, la marche à pied, le covoiturage sont d'autres éléments d'une politique de mobilité durable. Une mobilité qui préserve la qualité de la vie en ville mais aussi celle de la planète, vu que la pollution ne connaît pas de frontières.

Se passer complètement de la voiture n'est pas chose facile, mais comme souvent, mieux vaut agir un peu que ne pas agir du tout. Alors, si vous avez l'occasion d'enfourcher votre bicyclette, ne fût ce qu'une ou deux fois par semaine, n'hésitez plus...

Imaginez que tout le monde en fasse autant !

Pour en savoir plus

Pro Vélo asbl

Location de vélos, organisation de tours à vélo et bureau d'études pour les pouvoirs locaux. Rue de Londres, 15 à 1050 Bruxelles.
02 502 73 55 | info@provelo.org | www.provelo.be

G.R.A.C.Q. – Les Cyclistes Quotidiens asbl.

Groupe de Recherche et d'Action des Cyclistes au Quotidien Promotion du vélo et défense des cyclistes. Rue de Londres, 15 à 1050 Bruxelles.
02 502 61 30 | info@gracq.org | www.gracq.org

Les Ateliers de la rue Voot (ateliers vélo)

Rue Voot, 91 à 1200 Bruxelles.
02 762 48 93 | www.voot.be/velo

Se déplacer à vélo à Bruxelles : http://www.bruxellesmobilite.irisnet.be/articles/velo/

Voir aussi