Matériel informatique d'occasion

Type de publication:

Fiches-conseils n°132

Thématiques : 

Mots-clés : 

À la recherche d'un nouvel ordinateur ? Il est difficile de voir clair dans la jungle des promotions ou parmi la multitude de modèles inondant le marché! Et les tentations sont nombreuses, il suffit de rentrer dans le premier magasin d'électronique pour s'en rendre compte.

Oui mais, un magasin qui vend des appareils neufs ou… d'occasion ?

Et pourquoi pas d'occasion ?

Si auparavant l'informatique évoluait de manière telle qu'un ordinateur de quelques années était complètement dépassé, ce n'est plus le cas actuellement. Ou, à tout le moins, pour des tâches comme surfer, faire ses comptes, répondre à ses mails, trier ses photos... soit un peu de tout.

L'obsolescence de notre équipement informatique est d'ailleurs plus souvent due maintenant à l'apparition d'appareils toujours plus fins, plus légers et à l'autonomie élevée qu'au développement de microprocesseurs ultra-puissants.

En conséquence, il est tout à fait possible de trouver une machine de bonne qualité sur le marché de l'occasion. Mais est-ce que cela vaut la peine? Si le prix est plus intéressant, ne va-t-on pas au-delà de problèmes de fiabilité?

C'est sans compter avec toute une série d'arguments qui font pencher la balance vers... le matériel d'occasion.

La face cachée du neuf

Au fur et à mesure que les équipements deviennent de plus en plus petits et efficients en consommation énergétique, on serait tenté de croire que l'impact sur l'environnement diminue. Sur la consommation d'électricité chez soi, peut-être : un ordinateur portable moderne de type ultrabook ne consommera que 16 W contre le double pour son homologue de 8 ans son aîné. Pas de quoi révolutionner votre consommation annuelle cependant.

En fait c'est la fabrication de l'ordinateur en lui même qui est particulièrement énergivore.

Selon un écobilan de la marque Fujitsu, analysé par GreenITT, la fabrication d'un ordinateur fixe produirait l'équivalent de 339 kilos de CO2 (sans l'écran!), soit l’équivalent des rejets de sa consommation d’électricité de 5 années en Allemagne, ou 48 ans en France (la France émettant moins de CO2 pour sa production d'électricité… mais plus de déchets radioactifs).

C'est donc surtout la fabrication de la machine qui aura un impact sur l'environnement, bien plus que son utilisation.

C'est encore plus vrai quand on s'intéresse à la qualité des matériaux présents. Si le plus gros, en poids, est constitué des matériaux «structurels» (coque en plastique, structure métallique…), le petit pourcentage de matériaux rares ou précieux (0,19% selon une étude de l'UNEP citée par le CNRS) a toute son importance. Non seulement parce que certains de ces matériaux ont un impact très important sur l'environnement (palladium, or, argent…), mais également parce qu'ils sont utilisés dans de nombreuses applications (aéronautique, énergies renouvelables, véhicules hybrides...), ce qui augmente d'autant les risques d'approvisionnement dans le futur.

Enfin, et ce n'est pas le moindre des impacts, nous « consommons » des appareils électriques et électroniques de manière croissante depuis les années 80. Actuellement on produit annuellement près de 2,5 milliards d'appareils comme des ordinateurs, des portables, des tablettes et des smartphones (1).

Pas étonnant qu'en 2014, on ait battu le record de déchets électriques et électroniques collectés par personne et par an (2), record qui s'établit pour l'Europe à 15 kilos par personne, en moyenne.

Et si vous pouviez sauver votre ordinateur actuel ?

Avant tout, si vous avez déjà un ordinateur, réfléchissez aux moyens de l'améliorer avant de le considérer comme bon pour la casse. Augmenter la RAM (mémoire vive) peut parfois améliorer considérablement le confort d'utilisation. Les programmes sont de plus en plus gourmands en RAM et actuellement 4 Go sont presque un minimum sous Windows 7, mais 2 Go peuvent suffire sous Windows XP ou Linux.

Pour le disque dur, les progrès technologiques sont encore plus frappants. Si votre machine a quelques années, elle sera sûrement équipée d'un disque dur classique, à plateau tournant. Pour moins de 100 € vous pouvez acheter un disque SSD (une sorte de grosse clé USB), beaucoup plus rapide. Ce disque pourra être placé tant dans un ordinateur fixe que dans un portable. Ils sont cependant de capacité plus faible à prix égal que les disques classiques. Mais vous ne reconnaîtrez plus votre ordinateur après. De quoi rajeunir votre machine pour deux ou trois ans au moins.

Attention que tant la RAM et le remplacement du disque demandent de connaître quelques bases techniques, ne fût-ce que pour acheter le bon modèle et vérifier la compatibilité. Le site «Les Numériques » a fait un petit guide pas à pas de remplacement d'un disque dur dans un portable, à lire ici : http://www.lesnumeriques.com/pratique-remplacer-disque-dur-hdd-par-ssd-e1318.html

Pour ce qui est de la RAM, vous pouvez trouver les références de ce qu'il vous faudra acheter sur le site du constructeur. Certaines marques de mémoire indépendantes comme Kingston ou Crucial ont un module de recherche sur leur site pour vous aider dans votre choix. Un (petit) revendeur spécialisé pourra également faire cette recherche pour vous. Ou votre cousin geek.

Outre la mise à jour technique, ce qui ralentit une machine est également l'accumulation de fichiers et de programmes. Souvent un simple nettoyage permet de gagner de l'espace disque ou d'accélérer le démarrage de la machine. Un programme comme Ccleaner vous aidera à nettoyer les fichiers temporaires sans risque pour vos propres données.

Enfin, n'hésitez pas à trier et sauvegarder vos données, de préférence sur un disque dur externe que sur des clés USB ou des cartes mémoires. Idéalement, faites une sauvegarde de la sauvegarde, cette deuxième sauvegarde étant stockée ailleurs que chez vous.

Du bon choix de l'appareil

Vous souhaiter quand même changer de machine ? La première chose à faire pour réduire l'impact que l'on peut avoir est de bien choisir le type d'appareil que l'on souhaite : smartphone, tablette, phablette, portable, hybride, PC traditionnel... Faire son choix n'est pas facile. Quelques pistes pour décider en toute connaissance de cause dans notre dossier sur le sujet.

Et quel modèle d'occasion ?

Si vous pensez doter votre maison d'un deuxième ordinateur, offrir un cadeau à un proche ou vous équiper pour toute la durée de vos études, le matériel d'occasion peut vous convenir à merveille.

Si vous ne souhaitez pas déplacer l'ordinateur ou si vous n'avez rien contre le fait d'avoir un ordinateur un peu encombrant (par exemple parce qu'il sera dans un bureau dédié et non dans le salon), le meilleur choix est un ordinateur de bureau, fixe. Champion de l'ergonomie (clavier et écran de bonnes tailles), c'est également le moins cher et le plus facilement réparable.

Pour moins de 150 €, vous pouvez trouver une machine de quelques années, équipée d'un Core2duo, de 2 à 4 Go de RAM et d'un écran de 17 ou 19 '', ce qui est suffisant pour les usages « bureautique » classiques. Vous pourrez même retoucher les photos de votre appareil photo numérique.

Pour ce qui est des ordinateurs portables, les prix sont assez similaires, tout comme les performances.

Ces machines sont même parfois garanties un an, soit la même durée que les garanties commerciales accordées aux appareils neufs !

Enfin, les machines que l'on trouve dans le circuit de l'économie sociale sont la plupart du temps des modèles « pro », souvent plus solides et mieux équipés que les modèles grand-public correspondants. Si vous avez toujours rêvé d'un portable de PDG, c'est la bonne occasion.

Passez au libre !

L'achat d'un ordinateur de seconde main peut aussi être l'occasion de passer aux logiciels libres. D'un part parce qu'ils peuvent être plus légers à l'usage (Linux en remplacement de Windows par exemple) et d'autre part parce qu'ils sont libres et gratuits. Libre veut dire que leur code source est disponible pour tout un chacun et n'est pas la propriété d'un marque. C'est un gage de suivi dans le temps et de transparence (toute personne capable de lire du code pourra vérifier ce que le programme fait).

Libre Office par exemple est une suite bureautique qui n'a rien à envier à ses « concurrents » commerciaux. The Gimp est un programme de traitement d'image très complet et Ubuntu ou Mint sont des systèmes d'exploitation Linux faciles à installer et à utiliser. Si vous êtes habitués à Windows ou MacOS, cela vous demandera un peu d'habitude et les programmes que vous utilisez maintenant n'existent peut-être pas sous Linux. En contrepartie vous aurez un système gratuit et constamment mis à jour, ce qui est un « plus » certain d'un point de vue sécurité.

Où acheter ?

Préférez des lieux de vente proposant un service après-vente et/ou une garantie de l'appareil. Par exemple Oxfam Solidarité vend du matériel d'informatique de seconde main dans ses magasins et possède même quelques magasins spécialisés dans ce domaine : http://oxfam-secondemain.be. Certains magasins proposent également de réparer votre matériel ou organisent des sessions d'info sur les logiciels libres.

De manière générale, pour trouver un magasin de seconde main d'économie sociale, surfez sur www.larecup.be !

Enfin, les sites de petites annonces regorgent également de matériel d'occasion. Par contre vous n'avez le plus souvent aucune garantie sur le matériel fourni.

En savoir plus et sources

Fichiers attachés : 

Voir aussi