Tourisme durable : labels et adresses utiles

Type de publication:

Fiches-conseils n°118

Thématiques : 

Mots-clés : 

Transport

Les transports en commun représentent la meilleure option en termes d'environnement, en particulier si on n'a pas besoin de voiture à destination. Infos et réservations de trains : www.belgianrail.be pour la Belgique et www.b-europe.com pour l'international. À côté des TGV, Thalys et autres trains rapides, on trouve aussi une initiative originale : l'IDTGV, où l'on peut choisir sa place selon que l'on souhaite voyager dans une ambiance calme ou animée (tablettes en location, films, jeux de société et vidéo…).

Plus lent mais parfois plus direct et plus économique, certains bus sillonnent l'Europe. Sur www.comparabus.com vous pouvez comparer les prix des trajets en bus. Le site indique également le coût en avion, en train et en covoiturage avec BlaBlaCar.

Enfin, il y a toujours l'option covoiturage. Divers sites Internet mettent en contact chauffeurs et passagers. Trajets en Belgique et vers l'étranger : www.eurostop.be - www.karzoo.be. Pensez aussi à vous renseigner sur les sites de covoiturage locaux ou sur www.blablacar.fr.

En Belgique

Wallonie-Bruxelles Tourisme : des milliers d'hébergements à la campagne et en ville. Le site propose notamment une liste de logements disposant d'un label environnemental en Wallonie et à Bruxelles, des idées de séjours, un agenda culturel…

Spécifiquement pour la capitale, découvrez Bruxelles côté « green » et/ou (re)découvrez la ville grâce à des visites originales (à thèmes, à pied, à vélo, en bus, en bateau…). Liste disponible auprès de VISITBRUSSELS

 

Hébergements

Sur www.gites-refuges.com, on trouve quelque 4000 hébergements en France et alentours, pour les randonneurs, cyclotouristes, cavaliers… Le Centre du Tourisme Rural Ecologique Européen (ECEAT) a aussi compilé plus d'un millier d'adresses de campings et logements de vacances labellisés en Europe : www.groenevakantiegids.nl (en néerlandais).

Au-delà des hébergements habituels (hôtels, gîtes, chambres d'hôtes, camping, etc.), le tourisme a été profondément marqué par la tendance de la consommation collaborative : WWOOFing, couchsurfing, échange de maison, logement chez un particulier…

Le WWOOFing (World-Wide Opportunities on Organic Farms) permet de troquer du travail bénévole dans des fermes bio contre le gîte et le couvert. Une occasion de rencontrer ceux qui produisent notre alimentation et de passer des vacances différentes.

Avec le couchsurfing, on loge gratuitement sur un canapé ou dans une chambre d'ami chez des particuliers. Une bonne idée pour un premier contact avec une destination et ses habitants. Car au-delà de l'hébergement, c'est une opportunité de rencontres locales et sécurisées grâce à un système de suivi et de cautionnement. À découvrir sur www.couchsurfing.com ou www.hospitalityclub.org.

Envie d'être « comme chez vous » en vacances ? L'échange de maison peut alors vous intéresser. De nombreux opérateurs proposent cette formule, parmi lesquels https://be.intervac-homeexchange.com/ ou www.homelink.org.

Pour loger chez un habitant, du canapé dans le salon à la maison complète, en passant par une roulotte dans le jardin, le site www.airbnb.be fait de plus en plus d'adeptes.

Voir également sur http://www.consocollaborative.be

Activités

Pour les balades à pied, le réseau des Sentiers de Grande Randonnée ne cesse d'émerveiller les randonneurs. À vélo en Belgique ? Jetez un œil au RAVel, le réseau des voies lentes réservées aux cyclistes, piétons, patineurs…

Les vacances peuvent aussi être une opportunité de s'enrichir par l'apprentissage de nouveaux savoir-faire : cuisine à base de plantes sauvages, jardinage écologique, peinture à la chaux, fabrication de meubles récup… Pour les plus jeunes, l'offre de stages nature est vaste. Le Réseau IDée en compile une belle sélection dans son Catalogue de stages environnement et nature ainsi que dans son Répertoire de formations en éducation à l'environnement : http://reseau-idee.be/agenda. En France, www.lesavoirfaire.fr fait des suggestions intéressantes également.

De nombreux jeunes, mais de moins jeunes aussi, décident de consacrer leurs congés à des chantiers nature et/ou solidaires. Parmi les associations les plus connues : Quinoa, le Service Civil International, le Service volontaire international, les Compagnons Bâtisseurs, Javva, Natagora

Des labels pour s'y retrouver ?

Il existe des labels pour garantir les démarches environnementales mises en places par les acteurs touristiques. Certains sont internationaux (écolabel européen, Clé verte, Green Globe…), d'autres sont nationaux (IBEX Fairstay en Suisse, l'écolabel autrichien pour le tourisme, Fair Trade In Tourism South Africa…).

Si la plupart ont des socles communs (économies d'énergie et d'eau par exemple), chacun comporte aussi ses spécificités. Cette multiplicité ne facilite pas l'information des consommateurs. À cela s'ajoute le fait que des groupes hôteliers décident de créer leur propre label, sans contrôle extérieur. Enfin, certains intermédiaires comme la plateforme Tripadvisor commencent aussi à développer des labels. Reste à voir comment les critères et les contrôles seront réalisés dans la durée.

Voici un tour d'horizon des principaux labels internationaux ainsi que quelques labels fréquemment rencontrés en Belgique et en France.

La Clé verte (Green Key)

label clé verteInitiée en 1994 par la FEE (Fondation pour l'Education à l'Environnement), la Clé Verte est un label international, essentiellement pour les logements touristiques mais aussi pour les centres de conférences, parcs récréatifs… Les critères portent sur la gestion générale, la gestion de l'eau, de l'énergie, des déchets, le ménage, les espaces verts, l'implication des employés et l'information aux clients. Le label fait l'objet d'un audit indépendant dans la plupart des pays et se veut évolutif. Plus de 2 400 structures, réparties dans 44 pays, portent le label Clé verte. La Belgique en compte près de 140, dont la majorité est située en Flandre.

L'écolabel européen

écolabel européenCréé par la Commission européenne, le très connu Écolabel européen existe aussi pour les « services d'hébergements touristiques » et les « services de camping ». Il repose sur 37 critères obligatoires, qui portent sur l'énergie, l'eau, les déchets, les détergents, la gestion environnementale globale et les autres services. Le label fait l'objet d'un contrôle indépendant. Plus de 400 hébergements et 70 campings sont labellisés en Europe, dont la majorité en France et en Italie. En Belgique on trouve seulement deux établissements portant l'écolabel, à Bruges et à Bruxelles.

Green Globe 

label green globe certifiedGreen Globe est un label international créé par une ONG australienne pour les produits et services touristiques et de voyage durables. Le label est disponible pour les hôtels et résidences de villégiature, bateaux de croisière, attractions, centres de conférences et d'évènements, tours opérateurs et fournisseurs de l'industrie touristique. Il repose sur 40 critères répartis en quatre domaines : management durable, social et économique, patrimoine culturel et environnement. Plus de 350 établissements sont labellisés dans le monde.

Il existe toutefois une différence entre les porteurs du label « Green Globe » et ceux du label « Green Globe Certified ». En effet, tout organisme qui demande à entrer dans le processus et paye la cotisation peut afficher le premier label d'emblée, sans avoir encore adapté ses pratiques. Le deuxième label est le seul qui soit réellement intéressant car il démontre que la structure a effectivement été contrôlée et satisfait aux critères.

Gîte Panda et éco-Gîte.

Ces deux labels ont en commun d'avoir été créés par ou en collaboration avec des associations environnementales et d'être suivis, en Belgique, par la Fédération des Gîtes de Wallonie.

Gîte Panda a été créé par le WWF France. Les critères concernent la préservation des milieux naturels et des espèces, l'écoconstruction, l'écocitoyenneté, l'accompagnement des clients et le tourisme durable. 

En France, les Gîtes de France développent aussi une démarche nommée Ecogîte.

Autres

En France, les voyagistes peuvent opter pour le label Agir pour un Tourisme Responsable, contrôlé par l'AFNOR. Il ne s'applique cependant qu'aux voyagistes français et non aux prestataires étrangers avec lesquels ils travaillent, même si plusieurs critères ont tout de même un impact sur ces derniers.

Le Pavillon Bleu est un label international créé par la FEE (Fondation pour l'Education à l'Environnement). Il récompense des sites de baignade et des ports de plaisance pour leurs efforts en matière d'environnement. Il est attribué sur la base de quatre grandes familles de critères : éducation et information à l'environnement, gestion environnementale, gestion de la qualité de l'eau et des milieux, sécurité et services. Le Pavillon Bleu promeut ainsi le développement durable des zones côtières et des eaux intérieures. En 2014, plus de 3850 plages et ports de plaisance dans 48 pays ont reçu le label.

 

Voir aussi