Comment soigner ses plantes contre les maladies au jardin ?

Type de publication:

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Tâches, pourriture… Voici comment protéger des maladies et soigner de manière naturelle les plantes du jardin, du potager et du verger.

Tâches, mousse ou poudre blanche ou noire, feuilles jaunies, plantules mortes, pourriture… Autant de mauvaises surprises qu’on peut découvrir sur ses plantes d’extérieur au jardin, au potager ou au verger. Tavelure, mildiou, oïdium, rouille, pourriture grise, moliniose… Les maladies des plantes sont nombreuses et causées souvent par champignons, des bactéries, des virus...

On peut éviter et traiter ces maladies sans recourir aux pesticides, nocifs pour la santé et l’environnement.
 

Sommaire :

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
 

Prévenir les maladies

Voici quelques gestes préventifs simples pour éviter le développement de maladies :

  • On choisit des plantes adaptées, comme des variétés naturellement résistantes, adaptées au climat de sa région, au sol…
  • On espace les végétaux quand on les plante afin de permettre une bonne aération. On évite ainsi d’accumuler de l’humidité, propice au développement des champignons.
  • On arrose au pied des plantes plutôt que sur les feuilles et les tiges. On veille aussi à fournir de l’eau sans manque ni excès.
  • On pratique la rotation des cultures pour rompre le cycle des maladies liées au sol.
  • On renforce les défenses des plantes avec des recettes maison :

Agir quand la maladie se déclare

Feuilles naines, couvertes d’un voile blanc, boutons floraux desséchés, petites taches jaunes… Si des symptômes apparaissent malgré les soins préventifs, on peut les traiter de façon écologique.

Identifier la cause de la maladie

Si un puceron ou une limace est facile à identifier, la source d’une maladie est plus difficile à repérer sur une plante. Pourtant, c’est essentiel afin de bien traiter le problème. Des maladies et des carences en certains éléments peuvent donner les mêmes symptômes, par exemple une décoloration des feuilles. Or, on n’y remédie évidemment pas de la même façon.

Pour identifier le problème, on peut :

Traiter la maladie de la plante

Quand la maladie est déclarée, on applique rapidement un traitement doux et naturel. Laisser trainer donnerait le temps à la maladie de contaminer d’autres plantes.

Que faire ?

  • On coupe les parties atteintes de la plante : on coupe les branches malades, on ramasse les feuilles tombées… et on s’en débarrasse. La plupart des déchets de plantes malades peuvent aller au compost. La chaleur est capable de détruire les maladies. Pour les exceptions (mosaïque du tabac, hernie du chou, chancre bactérien…), on dépose les déchets sous des arbustes vigoureux ou à la poubelle / parc à conteneurs.
  • On désinfecte ses outils (sécateur, taille-haie, couteau…) à l’alcool afin d’éviter la propagation des maladies.
  • On traite la plante au soufre. Les produits à base de soufre s’utilisent en prévention et en traitement. On achète ces produits en jardineries, magasins écologiques, drogueries… Dilué ou non (selon les instructions de chaque produit), le soufre permet de lutter contre la tavelure, la rouille, l’excoriose, l’oïdium… tant que la température ne dépasse pas 28°C.
  • On applique des recettes maison simples :

 

--- FONGICIDES ---

EFFET RECHERCHÉ

REMÈDE

Maladie

Plante à traiter

Préparation

Emploi

Botrytis ou pourriture grise

Arbres fruitiers, fraisiers, rosiers

Décoction de prêle (Equisetum arvense)

Fraisier, pêchers, rosiers

Décoction d’ail (Allium sativum)

Cloque

Fraisier, pêchers, rosiers

Décoction d’ail (Allium sativum)

Arbres fruitiers, fraisiers, rosiers

Décoction de prêle (Equisetum arvense)

Fonte des semis

Fraisier, pêchers, rosiers

Décoction d’ail (Allium sativum)

Oïdum, moniliose…

Arbres fruitiers, rosiers

Décoction d’ortie (Urtica dioica)

Mildiou, rouille…

Arbres fruitiers, fraisiers, rosiers

Décoction de prêle (Equisetum arvense)

Pommes de terre, tomates, rosiers

Décoction de tanaisie (Tanacetum vulgare)

= Pulvérisation
 

Comment traiter l’oïdium

L’oïdium, causée par un champignon, apparaît quand l’humidité atteint un taux de 70 à 80% et que des écarts de température entre le jour et la nuit sont importants.

Cette poudre blanche à grise se développe alors sur les feuilles, les tiges et les fruits. La maladie touche surtout sur le rosier, la vigne, les fraisiers, les courgettes, le pommier…

Oïdum sur raisin
Oïdium sur raisin.
Photo: Maccheek [CC-BY-SA]

 

On peut prévenir et guérir l’oïdium grâce au lait écrémé. On dilue simplement 1dl de lait dans 1l d'eau ou 15g de lait écrémé en poudre dans 1l d'eau.

On effectue le traitement au soleil, dès le cœur de l'été. Le traitement fonctionne mieux sous ciel dégagé : sous l'effet des UV, la ferroglobuline, une protéine du lait, produirait un radical oxygène très toxique pour les spores d'oïdium.

On peut aussi tester la décoction d’ortie contre cette infection.

Trop de cuivre peut polluer le sol

Les composés à base de cuivre, comme la bouille bordelaise, sont souvent décrits comme les meilleurs traitements contre les maladies. Très efficaces contre les bactéries et les champignons, il faut pourtant limiter leur emploi. Une utilisation trop importante de cuivre pollue les sols et nuit à la vie qu’ils renferment. On utilise les produits et préparations à base de cuivre en dernier recours.
 

Liste d'ouvrages pour identifier et soigner les maladies

Liste des laboratoires permettant l’analyse des maladies

En savoir plus

 

Voir aussi