Et pourquoi pas rouler au gaz naturel (CNG) ?

Photo: Andreas Geick [Wikimedia Commons]
Photo: Andreas Geick [Wikimedia Commons]

Pourquoi ne pas rouler au gaz naturel (CNG) ? C’est moins cher qu’un véhicule électrique et moins polluant que de rouler au diesel.

Rouler au diesel ? Trop polluant ! Un véhicule électrique ? Trop cher ! Le bon compromis : rouler au gaz naturel. Utilisé dans les chaudières, le gaz naturel peut également servir de carburant, sous forme compressée. On parle alors de Gaz Naturel Comprimé (GNC, CNG en anglais) ou encore de Gaz Naturel Véhicule (GNV).

L’écobilan du CNG par rapport au diesel et à l’essence est très favorable, selon une récente étude de NGVA Europe :

Écobilan du gaz naturel par rapport au diesel et à l’essence

Source : “Greenhouse gas intensity of natural gas”


Ce graphique montre l’impact global en gaz à effet de serre (CH4, N2O, et CO2) agrégés en g éqCO2/km, en tenant compte de la production jusqu’à la combustion du carburant :

  • le véhicule à essence atteint 169 g éqCO2/km ;
  • le diesel 140 g éqCO2/km ;
  • le CNG 131 g éqCO2/km ;
  • le CNG avec 10 % de biométhane et 10 % de gaz de synthèse 108 g éqCO2/km ;
  • et loin en-dessous de ces valeurs, le biométhane (bioCNG) ne dépasse pas 30 g éqCO2/km.

Ce biométhane est produit par fermentation de résidus agricoles, de déchets organiques ou de boues de stations d’épuration et est donc considéré comme une source d’énergie renouvelable.

Le problème ?

La disponibilité de la ressource : impossible de faire rouler tout un parc comme celui de la Belgique avec du biométhane. Cela rappelle qu’il faut combiner la sobriété (moins de voitures, moins de kilomètres, voitures plus légères), l’efficacité (des moteurs qui consomment moins) et les énergies renouvelables.

Combien ça coûte ?

On peut convertir n’importe quel véhicule essence au CNG. Il suffit de se rendre chez un installateur agréé. Le coût : entre 2000 et 4000€. Un bon calcul de rentabilité s’impose donc. À l’usage, le CNG est très abordable. Rouler 10 000 km avec un véhicule GNV coûte 425€ contre 625 € pour un véhicule diesel et 760€ pour un véhicule à essence[1].

Comment l’utiliser ?

Bonne nouvelle, jusqu’au 30 septembre 2017, les gestionnaires des réseaux de distribution wallons (ORES et RESA) offrent une prime de 500€ à l’acquisition d’un véhicule neuf roulant au CNG.

Les pouvoirs locaux (communes, provinces, CPAS…) peuvent quant à eux bénéficier d’une prime de la Région wallonne de max. 6000€ pour les véhicules de moins de 3500 kg et de max. 22 500€ pour les véhicules de plus de 3500 kg.

Pour le moment, il y a beaucoup plus de pompes CNG en Flandre (40) qu’en Wallonie (11) mais il est prévu d’ouvrir une vingtaine de pompes supplémentaires d’ici 2018 en Wallonie. Trouvez la carte des stations CNG en Belgique ici

Bien sûr, rouler au CNG les yeux fermés ne suffit pas. Le gaz naturel reste un combustible fossile qui produit du CO2.  Pour minimiser l’impact de ses déplacements, il faut continuer d’éviter les courtes distances en voiture, les trajets seul, la conduite sportive… On préfère la mobilité douce pour les petits trajets et les transports en commun. Si on ne peut pas se passer de voiture, l’idéal reste évidemment les véhicules partagés et le covoiturage.

En savoir plus 

- - - - - - - - -

Mots-clés :