Langes, environnement et santé

Type de publication:

Fiches-conseils n°19

Thématiques : 

Mots-clés : 

Petite dissection d'un lange jetable

Chaque bébé met en moyenne 5 langes par jour et produit ainsi 1062 kg de déchets avant d'adopter définitivement le petit pot (1). Il est facile - mais pas très agréable - d'imaginer la montagne de déchets produits par nos bébés. En plus, ces chiffres ne tiennent pas compte du matériel d'incontinence pour adultes.

L'écobilan d'un lange jetable n'est pas brillant. La fabrication puise dans les ressources de la terre (bois, eau, pétrole). Ressources qui ne serviront qu'une seule fois avant d'être jetées.

Incinérés, les langes jetables participent à la pollution de l'air. En décharge, ils mettent environ 500 ans à se décomposer.

A part les fesses à l'air, y a-t-il des solutions à ce problème ?

Avant de nous pencher sur cette question, voyons de plus près de quoi est composé un lange jetable.

  • La couche absorbante au centre du lange est constituée de cellulose.
  • La cellulose toute seule ne saurait pas absorber beaucoup d'urine. Pour pallier ce problème, les fabricants ajoutent des polyacrylates, une matière synthétique très absorbante.
  • La finition intérieure, qui touche la peau du bébé, est une couche de polypropylène non tissé (tissu hydrophile). A l'extérieur, une couche de polyéthylène non tissé rend le lange étanche (1).
  • Du tape et des élastiques pour fermer et ajuster… et bébé est équipé.

Les polyacrylates méritent une parenthèse. Pour donner une idée de l'efficacité de ces « polymères superabsorbants » : ils absorberaient 30 fois leur poids en urine et jusque 500 fois leur poids en eau. En absorbant le liquide, ils se transforment en gel tout en gardant plus ou moins le même volume. Grâce à eux, les fabricants peuvent proposer des langes de plus en plus légers et en même temps de plus en plus absorbants.

Malheureusement, ces polymères ne sont quasi pas biodégradables. Deuxième désavantage, ils donnent une impression de « petites fesses au sec » qui fait que les bébés portent souvent trop longtemps le même lange. Nous en reparlerons plus loin.

Des langes « éco » ?

Des langes jetables qui se présentent comme des alternatives plus écologiques ont fait leur apparition sur le marché. En quoi sont-ils différents ?

  • le plastique utilisé pour l'emballage est fabriqué à partir d'amidon de mais, une ressource renouvelable. Ce plastique est entièrement biodégradable.
  • le lange en soi est partiellement dégradable (mais aucune marque jusqu'à présent ne propose un lange entièrement biodégradable).
  • une partie de la cellulose utilisée pour la couche absorbante est non blanchie

Tout cela est un progrès indéniable. Mais il faut nuancer :

  • Ces bioplastiques sont critiqués, entre autres parce que les cultures nécessaires à leur fabrication occupent de la terre arable qui pourrait produire de la nourriture. En plus, il s'agit de cultures conventionnelles – aux engrais de synthèse et aux biocides – et non de cultures biologiques comme le mot « bioplastique » pourrait faire croire.
  • Une partie seulement du lange est dégradable : la cellulose et le bioplastique. Pour d'autres composants comme le tape et les élastiques il n'existe pas de solution dégradable à l'heure actuelle. Les langes de ce type contiennent autant de polyacrylates qu'un lange conventionnel.

Biométhanisation des langes

Récemment, des expériences de biométhanisation ont démarré dans plusieurs régions de notre pays. Les ménages peuvent mettre les langes jetables avec les déchets organiques qui sont collectés en porte à porte. Les langes subissent ensuite un procédé de dégradation en anaérobie (c'est-à-dire, sans oxygène). Le biogaz produit pendant ce procédé est utilisé pour la génération d'électricité. Ensuite, les déchets passent par une étape de compostage, dont le produit final est un compost utilisé en agriculture.

Le plastique, lui, ne se laisse pas faire : il ne se dégrade point en si peu de temps. Le compost doit donc être tamisé pour enlever les restes de plastique (tape, élastiques, PE et PP) qui doivent être incinérés. Les polyacrylates passent dans le compost final. Leur présence ne pose pas de problème connu à l'heure actuelle mais nous avons peu de recul pour en juger.

Ceci dit, leur présence dans les langes ne facilite pas les choses. Il faut savoir que les langes conventionnels d'aujourd'hui ne contiennent plus que 15 à 40% de matières biodégradables (2). Pour les marques plus « éco », ce chiffre avoisine les 50%. Le procédé est donc peu rentable : moins il y a matière à dégrader, moins on peut produire de biogaz.

Un rapport récent de l'OVAM conseille plutôt d'abandonner l'idée : le bilan économique et environnemental serait tout sauf favorable. Tant que le lange entièrement dégradable n'est pas disponible, le compostage des langes restera une opération complexe.

Lange jetable ou lange réutilisable ?

Le lange réutilisable pèse-t-il moins lourd sur l'environnement que le jetable ? Un récent écobilan anglais (3) a montré que l'impact des langes réutilisables dépend de la manière dont nous utilisons et entretenons ces langes. Un bébé langé avec des langes jetables pendant 2 ½ ans produirait 550 kg d'équivalent carbone sur toute la période. Un bébé langé avec des langes en coton, lavés à 60°C avec un prélavage, avec une machine pas tout à fait remplie et séchés régulièrement avec un séchoir électrique, produirait 570 kg d'équivalent carbone. Toujours les sécher en machine augmenterait encore les émissions de 43%.

Par contre, laver avec une machine remplie, utiliser une lessiveuse et un séchoir économes en énergie et toujours sécher sur le fil permettent de réduire les émissions. Ajoutons à cela qu'il est possible de réutiliser les langes pour un deuxième bébé. Avec toutes ces mesures combinées, nous pouvons réduire les émissions de 200 kg, une réduction qui correspond plus ou moins à 1.000 km parcourus en voiture. Mais même si nous n'appliquons que quelques-unes de ces mesures, l'impact des langes diminue déjà considérablement.

D'autres écobilans donnent d'autres chiffres, mais la conclusion finale est toujours la même : c'est le comportement de l'utilisateur qui détermine l'impact, en tout cas en ce qui concerne la consommation d'eau et d'énergie.

Quant à la pollution de l'eau, elle peut être considérablement réduite si nous utilisons des lessives écologiques (voir les fiches-conseils sur le sujet : http ://www.ecoconso.be/-Produits-d-entretien- ). Si notre portefeuille le permet, optons pour des langes en coton bio ou en chanvre, des cultures nettement moins polluantes. Plus d'infos sur ces aspects dans la fiche-conseil n°164 « Choisir et entretenir un lange réutilisable ».

Le lange et la santé

Les bébés souffrent souvent d'irritations et de rougeurs. Il est difficile de faire la part des choses entre l'effet des langes et l'effet des crèmes, lotions et lingettes qui les accompagnent.

Comme les langes jetables sont très absorbants, les parents sont parfois tentés de laisser le même lange pendant de longues heures. La peau semble sèche, mais est en contact avec l'urine et reste dans une ambiance humide, propice au développement de mycoses et de bactéries.

La peau est également exposée aux produits cosmétiques dont les langes sont souvent imprégnés. Idem pour les lingettes : outre le fait qu'elles génèrent une quantité considérable de déchets (voir la fiche-conseil 112, http ://www.ecoconso.be/Les-lingettes-jetables ), elles donnent l'illusion de la propreté alors qu'en réalité, elles ne font que remettre une couche d'odeur agréable sur la peau à l'aide de parfums artificiels dont les effets sur la santé restent mal connus.

Tout cela est d'autant plus problématique quand on sait que les bébés portent des langes 24 heures sur 24, pendant environ 2 ans et demi. Leur peau est plus perméable que celle de l'adulte et chez des petits humains, le développement cellulaire est extrêmement rapide. Or, c'est lors de la division cellulaire que les organismes sont les plus fragiles.

Dernière réflexion : les langes jetables font augmenter la température du scrotum chez les garçons et les effets possibles sur la fertilité posent question. Un lange en tissu sera beaucoup plus respirant.

En savoir plus

Fichiers attachés : 

Voir aussi

Les langes lavables actuels sont bien plus pratiques que ceux de nos grands-mères! Photo par Brittany sur flickr - https://www.flickr.com/photos/59525029@N03/6761417163/
Les langes lavables actuels sont bien plus pratiques que ceux de nos grands-mères! Photo par Brittany sur flickr - https://www.flickr.com/photos/59525029@N03/6761417163/
Comparatifs produits

Quels langes utiliser pour respecter la peau de bébé ?

Les langes de bébé sont-ils respectueux de sa peau sensible et de l'environnement ? Pas tous. Des jetables...