Comparatif produits : les isolants pour toiture

Type de publication:

Comparatifs produits

Thématiques : 

Mots-clés : 

Isoler le toit est souvent la première action à entreprendre pour renforcer l’isolation. Celui-ci est en effet responsable pour un tiers de la perte en chaleur d’une maison. En étant un brin bricoleur et sous certaines conditions, il est possible de réaliser soi-même l’isolation de la toiture par l’intérieur. Mais quel matériau utiliser ?

À éviter : les isolants synthétiques

Bien qu’efficaces, les isolants synthétiques – polystyrène et polyuréthane principalement - sont fabriqués à base d’hydrocarbures, une ressource non renouvelable. Leur production est gourmande en énergie (de 450 à 1200 kWh/m³) et en cas d’incendie, les substances dégagées sont très toxiques. Par ailleurs, lorsque ces isolants sont utilisés sous forme de panneaux, leur rigidité rend la pose difficile. Il est alors fréquent de laisser des petits écarts par lesquels la chaleur s’échappe, ce qui réduit la qualité de l’isolation.

Second choix : les isolants minéraux

Il s’agit surtout de la laine de roche et de la laine de verre. Ces isolants nécessitent plus d’énergie à la fabrication que leurs homologues naturels (de 150 à 250 kWh/m³). Ils présentent en outre divers risques pour la santé : émission de particules qui peuvent pénétrer dans les voies respiratoires lors du placement, dégagement possible de formaldéhyde (substance cancérigène) après installation. Enfin, ces matériaux ont tendance à s’écraser avec l’humidité, perdant alors progressivement leur pouvoir isolant.

À privilégier : les isolants naturels

Les isolants naturels sont d’origine végétale (« laine » de bois ou de cellulose, liège expansé, chanvre, lin…) ou d’origine animale (laine de mouton). Ils proviennent de ressources renouvelables et leur fabrication est économe en énergie (de 6 à 90 kWh/m³). La plupart sont recyclables, réutilisables ou compostables. Les isolants naturels sont généralement sans effet nocif sur la santé. Certaines formes doivent cependant faire l’objet d’une attention accrue (par ex. les éléments composites en liège utilisant des colles et parfois des vernis synthétiques ou la laine de mouton pouvant contenir des pyréthrinoïdes de synthèse comme antimite).

Dernière précision : ces différents matériaux ont des pouvoirs isolants assez semblables. N’hésitez donc pas à prendre en compte des critères environnementaux et de santé dans votre choix !

Plus d'infos : fiche-conseil n°79 - Les matériaux d'isolation : les connaître pour bien les choisir

Voir aussi