Poêle à bois : pour un usage écologique et efficace

Type de publication:

Dossiers n°108

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Jean-François Rixen

Le poêle à bois apporte un grand confort mais il est critiqué pour ses émissions de particules fines. À quelles conditions un poêle à bois est-il une option de chauffage saine et écologique ? Comment choisir un poêle à bois ? Comment l’utiliser ? De quel bois se chauffer ?

Ah ! Qu'il est bon de se réchauffer à la chaleur d'un poêle à bois ! Le rayonnement d'un poêle à bois apporte une sensation de confort thermique. Le bois semble a priori une option de chauffage écologique. Il fait pourtant débat à cause des émissions de particules fines lors de la combustion. Il est cependant tout à fait possible de choisir et d'utiliser un poêle de façon respectueuse de la santé et de l'environnement.

Du bon usage du bois

Il existe différents combustibles « bois » : pellets, briquettes, plaquettes (voir Fiche-conseil n°141 d'écoconso sur le chauffage au bois)et bûches de bois. Bien sûr, si tout le monde se chauffait exclusivement au bois dans des maisons mal isolées, les ressources forestières ne suffiraient pas. Heureusement, ce n’est pas le cas aujourd’hui, et il reste une marge de manœuvre importante en ressources forestières locales à destination du bois de chauffage, notamment à partir de certains « sous-produits » de la forêt : branches et bois d’éclaircie. Selon Valbiom, « le bois a un rôle considérable à jouer, en s’ajoutant aux autres sources renouvelables d’énergie ». Le chauffage au bois est donc une partie de la solution dans le mix énergétique nécessaire à l’indépendance énergétique de la Wallonie. C’est d’autant plus vrai si les besoins en chauffage diminuent grâce à l’isolation des logements et si les rendements moyens des appareils augmentent, nécessitant dès lors moins de bois.

Quels bois choisir ?

L’idéal, ce sont les essences de bois de feuillus : chêne, hêtre, érable, frêne, bouleau, merisier, charme, etc. Bien qu’aussi calorifères, les résineux contiennent des résines qui encrassent les cheminées. Le taux d’humidité des bûches doit être inférieur à 20%. Ce taux peut se vérifier à la livraison ou après séchage à l’aide d’un humidimètre (ou testeur d’humidité) au cœur d’une bûche fendue. Les filières locales sont à privilégier pour éviter les transports sur de longues distances (artisans bûcherons, élagueurs, ventes communales de bois sur pied...). Il existe aussi des possibilités d’achats groupés de bois de chauffage pour obtenir de meilleurs prix (ex. sur www.wikipower.be) mais sans garantie sur l’origine locale du bois. Dans tous les cas, l’utilisation de bois traités est à proscrire tant pour des raisons de santé que d’environnement. La seule destination raisonnable de ces matériaux « bois » est les parcs à conteneurs.

Faire sécher son bois dans de bonnes conditions !

 

tas de bois - stockage
Le stockage du bois. Image Pixabay par alsen

Soit vous achetez du bois sec prêt à l’emploi, auquel cas il est intéressant de s’assurer que celui-ci est réellement sec. Soit, la manutention du stockage et du séchage ne vous fait pas peur. Dans ce cas, comment s’y prendre ?

  • Privilégiez le bois abattu en hiver, hors sève.
  • Prévoyez un abri pour permettre de stocker l’équivalent de 2 ou 3 années de consommation. Il faudra donc anticiper le stockage de plusieurs années pour laisser au bois le temps de sécher. Cet abri sera couvert, avec un débord de toiture si possible. Il sera bien aéré, y compris au niveau du sol. A cet effet, le bois sera posé sur des palettes, par exemple, pour permettre une bonne ventilation et éviter le contact avec le sol.
hache et petites bûches
Fendre le bois. Image : Chmee2 | CC BY-SA
  • Idéalement, fendez les bûches avant stockage. Cela permet d’accélérer le séchage (de l’ordre de 1cm par an en partant du bord dans tous les sens) et d’éviter que l’écorce n’enferme l’humidité dans le bois. Ce qui est typiquement le cas du bouleau, par exemple, s’il n’est pas écorcé.
  • Au bout de 2 ou 3 années dans ces conditions, les bûches devraient avoir atteint un taux d’humidité proche des 20%. Enfin, si c’est possible, ayez un petit stock de bûches près du poêle pour finir le séchage avant utilisation.

Prêt pour la première flambée ?

Une boulette de papier, du petit bois ou des pommes de pin et crac, une allumette, c’est parti. Sans oublier d’ouvrir l’arrivée d’air à fond. Il existe aussi des allume-feux dits « écologiques » fabriqués à partir de fibres, de laines ou de copeaux de bois sec compressés. On dispose ensuite progressivement les bûches. Pour favoriser la bonne combustion des fumées et réduire les émissions de polluants, certains préfèrent la méthode « Topdown ». Pour ce faire, on dispose d’abord les bûches puis le petit bois et on allume le feu par le haut permettant aux bûches en dessous de se réchauffer progressivement pour en brûler correctement les gaz de combustion. En effet, une température élevée favorise une combustion complète et réduit les polluants résiduels.

allumage top-down
Allumage top-down. Image écoconso.

Enfin, n’entretenez le feu qu’en fonction de vos besoins. Un feu continu n’est pas nécessaire en soi. Outre le fait qu’il demande un chargement régulier en bois, il augmentera votre consommation et vous invitera à faire tourner votre poêle au ralenti, favorisant in fine un mauvais rendement.

Le prix du feu

Selon l'APERe, le prix du kWh du bois est resté très compétitif sur les 5 dernières années malgré la diminution du pruix du gaz de ville et du mazout. Aimer la flamme s’avère donc aussi économiquement intéressant.

On peut donc conclure que, oui, le poêle à bois à haut rendement constitue une solution de chauffage respectueuse de l’environnement et de la santé. Sous certaines conditions toutefois ! On retiendra en particulier l’attention à la puissance et un rendement supérieur à 80% du poêle, l’utilisation de bois de feuillu sec et de préférence local.  Et enfin, un bon entretien annuel pour la sécurité

Bonnes flambées cet hiver !

Dossier rédigé par Jean-François Rixen.
Réagissez à cet article !

Pour en savoir plus

 

Voir aussi