Comment utiliser son compost pour soigner ses plantes ?

Type de publication:

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Comment utiliser son compost pour la pelouse, le potager, comme engrais ou comme amendement ? Mode d’emploi.

Pour la pelouse, le potager, le jardin, le verger… On peut utiliser le produit de son compost comme terreau pour améliorer le sol, protéger ou nourrir ses plantations. Peu importe que le compost soit issu d’un compost en tas, en silo ou treillis ou en fût. Ce qu’il faut regarder, c’est sa maturité.

Sauf si on a une vermicompostière, qui produit du compost mais aussi du percolat.

> En savoir plus sur la vermicompostière et l’utilisation de ces matières.
 

Sommaire :

- - - - - - - - - - - - - - - -
 

Utiliser son compost mûr (6 mois et +)

L’idéal est de récolter du compost mûr (6 mois et plus). Il a une couleur brune ou noire et la consistance d’un terreau meuble.

Si on y retrouve des bouts de bois ou de feuilles non décomposés, on peut tamiser son compost, et remettre ces morceaux dans le nouveau compost, où ils serviront d’activateur.

Le compost mûr s’utilise pratiquement pour tout.

Dans le jardin

  • Quand on sème une pelouse : on répartit superficiellement de 8 à 10 kg de compost/m² et on mélange à la terre sur une profondeur d’une dizaine de centimètres.
  • Pour l'entretien de la pelouse : au début du printemps, on disperse de 1 à 2 kg de compost/m². Pour cet usage, il faut avoir un compost très fin qui pénètre entre les brins d’herbe. Mieux vaut donc le tamiser avant (tamis avec des mailles de 1 x 1cm).
  • Quand on plante des arbres, arbustes ou arbrisseaux d'ornement : on mélange directement 20% de compost (1 part de compost pour 4 parts de terreau) dans le trou de plantation.
  • Le compost peut aussi être épandu en couche de 3 à 5 cm en surface entre les plantes.

Au potager

Au printemps, on incorpore le compost tamisé au sol en mélangeant.

  • Pour obtenir un excellent terreau de semis, on mélange 25 % de compost à de la bonne terre.
  • Pour les plantes gourmandes telles que pommes de terre, artichauts, fraisiers, courges, courgettes, cornichons… : on met du compost sur 1,5 à 2 cm.
  • Pour les plantes moyennement exigeantes comme les laitues, épinards, endives, carottes, betteraves rouges, navets, fenouil, panais…: on met du compost sur un peu plus de 1 cm.
  • Pour les plantes peu exigeantes comme l’ail, l’oignon, navets, mâche, etc. : on met du compost sur 0,5 cm.

Dans le verger

On épand 1 à 2 cm de compost bien mûr sur toute la surface au sol couverte par le feuillage des arbres.

Pour les plantes d’appartement

Quand on installe de nouvelles jardinières, on ajoute 30 à 40 % de compost à de la terre saine et aérée.

Lorsqu’on rénove ses jardinières, on ajoute 20 % de compost à la terre existante.
 

Utiliser du compost jeune (moins de 6 mois)

Si l’on manque de place dans son bac à compost, il arrive qu’on le vide plus rapidement. On a alors un compost jeune (de moins de 6 mois). Il contient donc des matières qui ne se sont pas encore complètement décomposées.

En toute saison, on peut l’étendre en couche épaisse autour des arbustes, entre les plantes vivaces, les fraisiers ou les légumes « gourmands ».

Si on le récolte à l’automne, on utilise le compost jeune comme couverture de sol. On l’étend au potager, entre les plantes, au pied des arbres, arbrisseaux, etc. Il va finir sa décomposition durant l’hiver et protéger la terre contre le soleil, la pluie et le vent. Enfin, il va limiter la prolifération des mauvaises herbes.

> Voir d’autres astuces pour limiter les « mauvaises » herbes.
 

Plus d’info

 

Voir aussi