Les fêtes pour enfants, version écologique

Type de publication:

Dossiers n°67

Thématiques : 

Auteurs : 

Ann Wulf

Ah les fêtes pour enfants ! Goûters, rires, jeux : plein de bons souvenirs ! Pour les parents d’aujourd’hui, sans doute aussi l’envie de voir pétiller les yeux de leurs enfants lors de ces beaux moments. Et quand on pense à eux, c’est étrange comme on peut facilement oublier les bonnes habitudes prises autrement. Dans ce dossier, quelques idées pour faire la fête avec nos marmots sans faire sa fête à la planète ! A adopter sans retenue pour les anniversaires ainsi que pour de nombreuses autres occasions comme un mercredi après-midi où les copains sont invités à la maison, un dimanche en famille ou encore à l’approche de Carnaval.

« Je t’invite à mon anniversaire qui aura lieu le… »

Pas de fête sans invitation ! Plus de 7 ménages belges sur 10 ont Internet à la maison : les invitations électroniques sont donc de plus en plus répandues. Elles permettent d’économiser bien du papier. Cartes toutes prêtes ou personnalisables, images animées… On peut même faire une petite vidéo. Attention cependant à ne pas y citer de coordonnées si elle est partagée publiquement sur le web.

Si nos petits tiennent quand même à la distribution d’invitations dans la cour de récré, privilégions la récup’ maison, du papier recyclé (labellisé Ange bleu ou Nordic Swan) ou, à défaut, du papier provenant de forêts gérées durablement (labels FSC ou PEFC).

Dans cette invitation, incitons d’emblée ceux qui doivent se déplacer à prendre les transports en commun ou à covoiturer.

« On fait quoiiii ? J’m’ennuie… »

Avec une ribambelle d’enfants à la maison, mieux vaut être organisé et avoir prévu quelques activités amusantes. Quelques idées…

Vive les déguisements !

La malle remplie de vêtements et d’accessoires pour se costumer est une formule gagnante à quasi tous les coups. Pour la remplir, pensons récup’ : vêtements inutilisés, tissus, accessoires de seconde main… Ajoutons à cette panoplie quelques équipements « bricolés » : un porte-badge de conférence servira comme carte de policier ou de détective privé, des ailes de papillon, une guitare de star du rock ou un bouclier de chevalier peuvent être découpés dans d’anciens emballages en carton, de la laine accrochée à un bonnet fera une amusante perruque, etc. Fournissons des matières variées et l’imagination des enfants fera le reste. Ces idées sont aussi à garder en tête à l’approche des festivités de Carnaval !

Des jeux différents

Pour changer des jeux de société habituels, testons des nouveautés via une ludothèque. Faisons découvrir les jeux coopératifs : les joueurs ne sont pas en compétition mais gagnent ou perdent ensemble (quelques idées dans ce dossier du Ligueur. Autre option : les jeux en bois en grand format (passe-trappe, jeu des palets, mikado ou jenga géant…). A louer tels quels ou accompagnés d’un animateur (quelques adresses disponibles sur demande auprès d’écoconso).

Un atelier

Si le groupe n’est pas trop grand, animer soi-même un atelier peut être une chouette idée. Oui, mais un atelier de quoi ? Pas de panique, pas besoin d’être un artiste confirmé ! Il existe de nombreuses ressources en bibliothèque, en librairie ou sur Internet. Quelques suggestions pour guider les recherches :

  • Réaliser des objets, figurines, etc. en pâte à sel. La recette : 1 verre de sel, 1 verre d’eau tiède et 2 verres de farine. La pâte doit être souple sans coller aux doigts. Après séchage, on peut la cuire au four et la peindre.
  • Fabriquer des jouets ou des instruments de musique en carton ou en matériaux de récup. Un rouleau d’essuie-tout piqué de clous, rempli de sable ou de riz, fermé aux extrémités puis enrobé dans un papier décoré par l’enfant fera un superbe bâton de pluie. Des boîtes de conserve deviendront des maracas. Quelques idées pour fabriquer des instruments sur ce blog.
     

    De gauche à droite et de haut en bas :
    1. Maison en boîtes de céréales. Bella Dia : http://belladia.typepad.com
    2. Véhicule en flacon de récup – Martine Camillieri : www.martinecamillieri.com
    3. Fusée fabriquée un tube en carton – Martha Stewart (en anglais) : www.marthastewart.com
    4. Village en pots de yaourts – Julie adore dimanche : http://julieadoredimanche.blogspot.com
  • Les jardiniers en herbes seront comblés par une séance de plantation. Fleurs, graines germées, légumes, plantes aromatiques… Un petit pot par enfant (ou même un pot de yaourt sauvé de la poubelle), du terreau, des graines et de l’eau, voilà tout ce qu’il faut pour ramener un joli souvenir à regarder pousser !
  • Un atelier cuisine ravira les plus gourmands. C’est l’occasion de développer le goût des enfants. Ils pourraient même participer à la confection du gâteau d’anniversaire ou préparer des biscuits à découper selon toutes sortes de formes. Pensons aux éventuels allergiques et prévoyons une pâte de base, qui pourra fonctionner avec des œufs, du beurre… ou leurs alternatives.

En extérieur

Si le temps le permet, prévoyons un jeu de piste ou une chasse au trésor. Balade, énigmes, quête, c’est toute une aventure !

Plus original, initions les enfants au « land art ». Il s’agit de réaliser des créations dans la nature en se servant de feuilles, fleurs, brindilles, cailloux, pommes de pins, baies, neige…. On les agence, sans chercher à ce que cela soit figuratif, sur un fond (le vert de la mousse, le brun d’une souche d’arbre ou de la terre, le blanc de la neige, le gris des graviers, la transparence d’une flaque…). Les consignes doivent rester très ouvertes mais on pourra par exemple inciter à n’utiliser que deux couleurs ou inviter les enfants à arranger leurs trouvailles selon des formes (en rond, en spirale, en carré…), des répétitions, des piles et superpositions de matières… A la fin, on laisse ces œuvres éphémères sur place pour qu’elles retournent à la nature. Pensons à prendre une photo de chaque création seule et avec l’artiste en herbe. Les photos pourront être envoyées par e-mail en souvenir et remerciement de la journée.


Land art réalisée par un enfant dans le cadre d’un projet pédagogique scolaire.
www.c-paje.net

Land art arche de neige.
http://landart-enfants.blogspot.com

Land art avec pierres.
http://nature-art.blogspot.com

A la belle saison et à condition d’avoir un jardin, on peut imaginer un campement. On dresse quelques tentes, on allume un braséro, on se raconte des histoires qui font (un peu) peur en sirotant un chocolat chaud, on regarde les étoiles et on identifie les constellations. Les plus âgés pourront rester dormir dans les tentes.

Un spectacle

Ceux qui apprécient les spectacles vivants pourront se tourner vers des représentations qui sensibilisent les plus jeunes à l’environnement. Il est aussi possible de faire venir un conteur en lui demandant de sélectionner des contes qui font réfléchir sur le respect de la nature, le partage, la solidarité…

A boire et à manger

S’il s’agit d’un anniversaire, le gâteau est un must. Préparons-le maison avec des ingrédients simples et bio. En plus d’être exempts de pesticides et d’engrais de synthèse, ils génèrent 30% à 50% de gaz à effet de serre en moins que des ingrédients issus de l’agriculture « classique ».

Proposons des jus de fruits locaux ou une orangeade maison et n’oublions pas de prévoir de l’eau. Fuyons les sodas, riches en sucres et en additifs. Si les enfants souhaitent vraiment des bulles, préférons un jus de pommes pétillant ou de l’eau gazeuse avec un peu de sirop.

Concernant la vaisselle, la solution lavable reste la plus respectueuse de l’environnement. Les matériaux les plus sains sont la porcelaine, la faïence, la céramique, le verre et l’inox. Mais seul le dernier ne casse pas…

Il reste l’option des assiettes et gobelets en plastique réutilisable. C’est une solution pratique… mais qui pose des questions de santé à cause des composants nocifs qui peuvent migrer vers les aliments. Préférons des assiettes et gobelets en polypropylène (siglé 5 ou PP). Fuyons le polycarbonate (siglé 7 ou PC). Il s’agit d’un plastique dur et transparent ressemblant au verre, assez polluant à la production et controversé pour sa teneur en bisphénol-A, dont des études montre les effets sur le système nerveux et hormonal, en particulier des foetus, des nouveaux-nés et des enfants. Évitons aussi la mélamine, constituée d'un adjuvant soupçonnée de toxicité sur la fonction rénale, et d’ailleurs interdite dans certains pays. Choisissons enfin ce service assez neutre afin de pouvoir le ressortir chaque année sans s’en lasser. On jouera plutôt sur les serviettes et les animations pour décliner un thème.

Si l’on se retrouve quand même à utiliser du jetable, préférons le carton au plastique et prévoyons de quoi noter les noms sur les gobelets.

On voit de plus en plus apparaître dans le commerce de la vaisselle compostable. Si au premier abord, cette solution paraît attrayante, elle n’est en réalité pas idéale. D’une part parce que d’un point de vue éducatif, on continue à montrer qu’on peut consommer et jeter sans souci. D’autre part, même s’ils sont fabriqués en matériaux renouvelables, l’écobilan des gobelets compostables n’est pas brillant. Enfin, cette option ne présente un intérêt que si l’on composte effectivement la vaisselle au lieu de la jeter dans la poubelle normale. Précisons aussi que « compostable » ne veut pas dire « biodégradable dans n’importe quelles conditions ». A moins de porter le label « OK Compost Home », ces produits, plutôt destinés au compost industriel, risquent de mettre longtemps à se dégrader dans un compost familial. En particulier si l’on jette 20 assiettes, verres et couverts d’un coup…

Les cadeaux ou le règne de l’excès

Pour les anniversaires, il est un point qui reste souvent difficile : les cadeaux. Beaucoup de parents trouvent que leurs enfants ont déjà bien assez de jouets. Ide plus, tout le monde ne partageant pas les mêmes préoccupations environnementales, nos enfants risquent de recevoir des cadeaux gadgets ou peu durables qu’on aurait préféré éviter. Il est cependant difficile de « priver » ses enfants du plaisir des cadeaux.

Cela ne nous dispense cependant pas d’entamer la discussion à ce sujet. On peut par exemple expliquer que la fête tourne plus autour des chouettes moments partagées avec les copains plutôt qu’autour des cadeaux. Pris dans le tourbillon du moment, l’enfant sera tellement occupé à s’amuser qu’il ne pensera peut-être même pas aux cadeaux.

Encore faut-il aussi convaincre les invités de ne rien apporter et ce n’est pas forcément plus facile ! Voici quelques idées alternatives, pour faciliter la transition :

  • demandons aux invités d’offrir un jouet ou un livre de seconde main… qui vient de chez eux ! Ils choisiront ainsi parmi leurs propres jouets, livres, CD, quelque chose qu’ils aimeraient offrir à leur ami. C’est aussi une bonne façon d’apprendre le partage.
  • encourageons la dématérialisation, pour les enfants aussi : par exemple un « bon pour …» un ciné avec une copine, une journée à la mer au printemps, un après-midi à préparer des biscuits ensemble, la confection d’une cabane dans le jardin, un spectacle de marionnettes…
  • proposons un cadeau collectif. Au lieu d’accumuler une foule de babioles et gadgets, les invités participent à un cadeau que l’on pourra choisir plus utile et plus durable.

N’hésitons pas non plus à demander que les cadeaux soient de préférence emballés dans du papier journal ou de récup’, dans un sac réutilisable, dans un tissu… On peut même motiver les offreurs en annonçant qu’un prix récompensera l’emballage et/ou le cadeau le plus écologique. On offrira alors une plante, une préparation maison… Ainsi le plaisir du déballage sera préservé.

Quelque soit l’option choisie, précisons-la clairement sur l’invitation ! Certains parents seront surpris et certains apporteront sans doute quand même un cadeau. Mais ce n’est pas grave parce que certains joueront le jeu… et auront peut-être même envie d’adopter les mêmes idées pour leurs propres fêtes !

Dernières suggestions

Planifions et commençons à préparer les fêtes avec suffisamment d’avance et invitons nos enfants à participer à l’organisation. Évitons d’expliquer nos idées avec des mots tels que “moins polluante”, “moins de gaspillage”, « moins de… », « moins de… ». Présentons plutôt cela comme un défi amusant : « quelle genre de fête aimerais-tu ? quel thème ? comment va-t-on protéger la planète ? et si on essayait de ne rien jeter ? as-tu des idées ? on va chercher ensemble… ». On aidera ainsi nos bambins à se sentir responsables, à s’investir et à être fiers de leurs réalisations qui respectent la planète et ses habitants. Cela tout en s’amusant et en ayant une belle fête !

 

Plus d’infos :

Voir aussi