Comment lire une étiquette énergie ?

Etiquette énergie A+++
Etiquette énergie A+++

Type de publication:

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Jonas Moerman

L'étiquette énergie permet de comparer la consommation d'appareils électroménagers dans une catégorie donnée. Décryptage.

Lave-linge, lave-vaisselle, ampoules, hottes, aspirateurs… Les appareils électriques et les électroménagers ont une consommation qui peut varier du simple au double, voire au triple.

Ampoule : réduction de la consommation selon la classe énergétiqueFrigo : réduction de la consommation selon la classe énergétiqueSèche-linge : réduction de la consommation selon la classe énergétique

Il faut donc disposer en magasin d’informations sur la consommation pour bien choisir sa machine. C’est tout bénéfice pour le portefeuille et pour l’environnement. L'étiquette énergie permet de comparer la consommation des appareils. Elle fournit également d’autres renseignements utiles pour faire un bon achat.
 

Sommaire :

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
 

Quelles infos fournit l’étiquette énergie ?

La classe énergétique

C’est la partie la plus connue de l’étiquette énergie : une échelle colorée accompagnée de lettres. 

Étiquette énergie d'un lave-vaisselle
Exemple d’étiquette énergie d’un lave-vaisselle

L’échelle générale va de A+++ (en vert foncé) pour les appareils les plus économes en énergie, à D (en rouge) pour ceux qui consomment le plus.

Cependant, beaucoup d’équipements sont devenus plus performants ces dernières années. Pour certains appareils, il est donc maintenant interdit de mettre sur le marché des produits des classes les plus gourmandes. Même si l’étiquette affiche toujours l’échelle complète (par exemple de A+++ pour à D pour un lave-linge).

Quelles sont les classes énergétiques encore autorisées à la vente ? (par type d'appareil)

On constate par exemple dans le visuel ci-dessus que :

  • Pour les réfrigérateurs, les lave-linge et les lave-vaisselle, la vente d’appareils en-dessous de la classe A+ n’est plus admise. On a donc le choix entre A+++, A++ et A+. La classe A+ est dans ce cas la moins économe disponible en magasin.
  • Pour les ampoules, l’échelle va de A++ à E mais les ampoules sous la classe A sont interdites à la vente (mis à part quelques modèles d’halogènes).
  • Pour les hottes de cuisine, la classe énergétique va de A+ à F.

Ces variations dans les échelles amènent des confusions et l’étiquette énergie va revenir à une classement de A à E de sorte que la classe A sera toujours la classe la plus économe.

La consommation d’énergie et d’eau

On ne se contente pas de la classe énergétique, qui permet juste de se faire une idée rapide du caractère économe ou non d’un appareil. Il y a de grandes variations au sein d’une même classe :

9400 l/an (51,7 €/an)
130 kWh/an (32,5 €/an)

Coût total/an : 84,2 €

11000 l/an (60,5 €/an)
130 kWh/an (32,5 €/an)

Coût total/an : 93 €

11000 l/an (60,5 €/an)
196 kWh/an (49 €/an)

Coût total/an : 109,5 €

Consommations d’eau et d’énergie de trois machines laver de 9kg de classe A+++.
Le premier appareil consomme 17% d’eau en moins que les deux autres.
Le troisième appareil consomme 50% d’énergie de plus que les deux autres ! [1]

 

Il faut donc vérifier :

  • la consommation d’énergie, indiquée en kWh/an ;
  • pour les machines concernées, la consommation d’eau, exprimée en litres/an.

Consommation d'eau indiquée sur l'étiquette énergie   Consommation d'eau indiquée sur l'étiquette énergie

Pour estimer le coût d’électricité de l’appareil sur un an, on peut diviser les kWh/an par 4 si on habite en Wallonie et par 5 si on habite à Bruxelles.[2]

Des caractéristiques propres à chaque type d’appareil

D’autres infos peuvent être utiles pour choisir la machine la plus adaptée à ses besoins :

  • la capacité, exprimée en nombre de couverts pour un lave-vaisselle, en kilos de linge pour une machine à laver, en litres pour un frigo…
  • le niveau de bruit, par exemple pour un aspirateur, un sèche-linge ou un lave-linge (l’essorage peut être fort bruyant, on y pense si on fait ses lessives la nuit pour profiter du bi-horaire…).
  • l’efficacité d’essorage pour un lave-linge

En savoir plus sur les critères pour :

Sur quels appareils trouve-t-on une étiquette énergie ?

L’étiquette énergie est obligatoire sur ces appareils :

  • lave-linge
  • sèche-linge électrique
  • lave-vaisselle
  • appareils de froid (frigo, congélateur, combiné réfrigérateur-congélateur)
  • four
  • chaudière
  • boiler
  • pompe à chaleur
  • climatiseur
  • ampoule
  • lampe
  • téléviseur
  • aspirateur
  • hotte de cuisine
  • frigo « cave à vin »
     

Peut-on se fier à l’étiquette énergie ?

Oui.

Mais…

  • Il peut y avoir un gros écart entre la consommation réelle chez soi et la consommation affichée. Les mesures sont faites suivant un protocole standard. Cela permet de comparer les appareils sur une même base. Le souci c’est que :
    • les conditions de test ne reflètent pas nécessairement les conditions réelles d’utilisation. Par exemple, pour les réfrigérateurs, le test se fait avec la porte fermée en permanence alors que, chez soi, on l’ouvre des dizaines de fois sur la journée, ce qui augmente la consommation.
    • la consommation annuelle est calculée en fonction d’une moyenne d’utilisation. Par exemple 220 cycles par an pour un lave-linge (4 à 5 lessives par semaine), 160 cycles pour un sèche-linge (3 utilisations par semaine)... La consommation chez soi dépend forcément du nombre réel d’utilisations.
       
  • L’étiquette n’est pas établie par un organisme indépendant. C’est le fabricant qui mesure la consommation d’énergie suivant un protocole standard. Il génère alors l’étiquette énergie à l’aide d’un modèle mis à disposition sur le site de la Commission européenne. Il n’y a pas de contrôle de ce qui est indiqué sur l’étiquette. Ce n’est qu’en cas de plainte qu’une vérification est effectuée. Par exemple si une association de consommateurs qui repère une « erreur » manifeste. S’il y a fraude avérée, l’appareil peut être retiré du marché.
     

Plus d'infos

- - - - - - - - - - - - - - - - -

[1] Source : miele.be et samsung.be, consultés le 4/9/2018.

[2] En Wallonie, le coût moyen du kWh électrique est en effet de 0,25€. À Bruxelles c’est plutôt 0,20€ et en Flandre 0,30€.

 

Voir aussi