Le tampon sans fil (ou presque)

Le tampon connecté (image : Engadget)
Le tampon connecté (image : Engadget)

Type de publication:

Coin satirique

Thématiques : 

Mots-clés : 

Être chargé de mission chez écoconso, c’est une découverte permanente. C’est qu’on en apprend des choses. Tenez : ce mois-ci j’ai même appris l’existence du flux instinctif et des tampons connectés. Si, Mesdemoiselles et Mesdames, le tampon connecté.

Parce qu’allez savoir pourquoi, je ne suis pas très branché tampon à la base *

Branché : c’est le mot.

J’ai même envie d’oser un jeu de mot pourri : voici le premier tampon sans fil du monde. Enfin, sans fil, ce n’est pas tout à fait vrai mais j’y reviendrai. Nous voilà donc face à un tampon tout à fait traditionnel, sauf qu’il contient, en plus du coton/viscose habituel, un capteur.

Un capteur ? Mais pour quoi faire ? Eh bien, pour vous renseigner sur l’état de saturation du tampon, et donc vous prévenir du moment idéal pour le changer.

En voilà une chouette idée ! C’est vrai, vous les femmes êtes tellement distraites et frivoles que vous ne savez pas vous servir d’un tampon traditionnel. La technologie vient à votre secours. Évidemment, pour bénéficier de cette avancée, vous devrez vous balader avec une puce dans le vagin qui fera bipper votre smartphone au moment opportun (ou pas, on espère juste que le machin n’entame pas la Marche Impériale en guide d’avertissement).

Heureusement, ils ont eu la bonne idée de ne pas alimenter le capteur in situ : vous n’aurez donc pas de pile ou de batterie dans le corps, mais bien un fil raccordé à une sorte de petit boîtier, lui-même relié en Bluetooth à votre smartphone pour que l’app dédiée puisse vous avertir en temps voulu. Et le petit boîtier, démerdez-vous pour le planquer.

« Oh ! Tu as un nouveau capteur d’activité accroché à la ceinture ? »

« euh, non, c’est, euh, un capteur de, euh »

D’accord d’accord, plusieurs voix s’élèvent pour désacraliser les règles, mais je doute que le moyen d’y arriver soit de vous trimballer avec un bitogno technologique dans les parties intimes afin qu’elles puissent communiquer directement avec votre compagnon (numérique, hein).

D’autant que ça rassemble des infos sur vous. Avec peut-être, qui sait, de la publicité ciblée à la clé ? « Chère Madame, nous avons constaté les mois précédents que... nous vous proposons donc notre nouveau tampon machin-chose... ». En tout cas, il y a des statistiques (à quand le concours ?)

D’un point de vue purement éco-consommation, sachez que vous devrez acheter les tampons de la marque, pas question d’adapter le machin à un système que vous auriez choisi (par exemple : meilleur pour la santé, pour l’environnement, plus agréable à porter...).

Un vent favorable nous indique qu’ils seraient en train de travailler sur une version avec haut-parleur. Pour vous avertir de vive voix ? Pas du tout : pour pouvoir interpréter les monologues du vagin, bien sûr (ce dernier paragraphe étant de la science fiction pure hein, non mais je précise, parce que parfois, on pourrait croire que).

Finalement moi j’attends la version homme, avec capteur filaire à insérer là où vous vous en doutez.

Pourquoi ?

Parce que les hommes savent pourquoi.

C’est que c’est diablement de saison ;-)

 

Et vous, vous en pensez quoi ?

 

* je sais, quel manque cruel de curiosité. Mais mes nombreuses (et extraordinaires) collègues féminines ont pu relire cette bafouille, histoire que je ne raconte pas n’importe quoi. Et depuis j'ai lu notre excellent dossier sur le sujet !

Voir aussi