Combien de CO2 émettons-nous en Belgique ?

Type de publication:

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Jonas Moerman

Quelles quantités de CO2 émet-on par personne en Belgique ? Et d'où proviennent la majorité des émissions de gaz à effet de serre ?

 

Industrie, logement, transport, alimentation… On en émet des tonnes de CO2 par personne chaque année ! En 2017, on émettait 114 millions de tonnes éq CO2 en Belgique.[1] Avec 11,4 millions d’habitants, cela revient à 10 tonnes éq CO2 par personne et par an.[2]

 

Cela comprend les émissions :

  • de l’industrie[3] ;
  • du transport (déplacements en voiture, transports de marchandises) ;
  • du chauffage des logements ;
  • du chauffage des bâtiments tertiaires (bureaux, écoles, piscines, commerces) ;
  • de l’agriculture ;
  • de la gestion des déchets.

Source de émissions de gaz à effet de serre en Belgique en 2017

Répartition des émissions de gaz à effet de serre en Belgique par secteur, d’après climat.be. L’industrie représente en tout 46,5 % des émissions. Le transport arrive ensuite avec 22,5% et ensuite le chauffage des bâtiments (logements et tertiaire) avec 18,1%.


L’évolution des émissions entre 1990 et 2017 en Belgique est très contrastée suivant les secteurs :  

Évolution des émissions de gaz à effet de serre belges entre 1990 et 2017

Tous les secteurs ont diminué leurs émissions de 20 à 60% entre 1990 et 2017 sauf le transport (+24%) et le tertiaire (+28%).

Ce chiffre de 10 tonnes éqCO2/personne/an est intéressant car il donne un ordre de grandeur mais il a des inconvénients :

  • On considère que chaque belge émet la même chose, que ce soit un bébé ou un adulte qui prend beaucoup l’avion pour des voyages professionnels. Pourtant il y a de grandes disparités d’une personne à l’autre, en particulier en lien avec les revenus. En gros, plus on gagne d’argent, plus l’empreinte carbone augmente dans certains postes (voyages, voiture, biens et équipements, horeca) et peut diminuer dans d’autres (alimentation logement…).
  • On ne tient compte que des émissions sur le territoire alors que la Belgique est surtout un pays importateur.
     

Émissions de CO2 et empreinte carbone

Un pays ne fonctionne pas en vase clos et les importations et exportations peuvent considérablement modifier les émissions liées à la consommation. Si, en Belgique, les émissions de l’industrie ont tant diminué c’est dû en partie à la fermeture de certaines activités. Or, ces activités qui ont été délocalisées servent toujours à la consommation belge. Ainsi, une partie des émissions de la Chine par exemple sont exportées vers les pays consommateurs. Il en est tenu compte dans l’empreinte carbone.  

Quand on s’intéresse à l’empreinte carbone, on arrive à un chiffre autrement plus élevé : 16 tonnes de CO2 par personne et par an.[4]

Composition de l'empreinte carbone en Belgique

C’est un ordre de grandeur, basé sur diverses hypothèses, qui peut masquer des différences énormes d’une personne à l’autre. Un vol aller-retour Bruxelles en classe business génère presque 17 tonnes éq CO2 par passager.[5]

On voit d'ailleurs que dans cette empreinte sont repris les "biens et services non payés par le consommateur". Ce sont par exemple les services publics, l'ensignement... Si on extrait cette partie, on conserve l'empreinte carbone sur laquelle le citoyen a une prise car il peut l'influencer par ses choix, comportements et achats. On arrive alors à une empreinte carbone d'environ 12 tonnes de CO2 par personne et par an.

L’objectif est de diviser l'ensemble des émissions par deux environ d’ici 2030 :

Composition de l'empreinte carbone en Belgique et objectif de réduction d'ici 2030
 

Plus d'infos

 

[1] Équivalent CO2.

[2] Source : l'inventaire national des émissions de gaz à effet de serre , transmises transmis chaque année par la Belgique à la Commission européenne.

[3] Comprend la production d’énergie (centrales électriques, raffineries de pétroles), la combustion (utilisation de combustibles) et les processus (émissions non liées à la combustion : industrie chimique, production de ciment et de chaux, production métallurgique). Voir sur climat.be.

[4] Lettre de la plateforme wallonne pour le GIEC, n°9 : l’empreinte carbone

[5] 8,7 tonnes de CO2 à proprement parler et 8 tonnes éq CO2 dues aux traînées de condensation et autres effets en altitude. Calcul sur greentripper.org. En classe First, les émissions grimpent à 25 tonnes éq CO2 (dont 13 tonnes de CO2)

 

Voir aussi