L'instant subtil du mois : le patch anti-odeur de pet

Le filtre à pets
Le filtre à pets

Type de publication:

Coin satirique

Thématiques : 

Mots-clés : 

On entend souvent dire que les pets sont comme les enfants : on ne supporte que les siens. S'il n'existe guère de solutions miracles pour ces derniers, une entreprise s’est par contre penchée sur les premiers et nous promet de désodoriser nos productions gazeuses.

Amaï *, en voilà un sujet-piège. Mais cela devait bien nous tomber dessus un jour. Voilà déjà quelques années que, chaque mois, nous vous proposons tantôt un objet inutile, tantôt une réflexion profonde sur notre société de consommation (dans le meilleur des cas). Nous résistions souvent, avec quelques faiblesses il est vrai, à l'assaut des objets inutiles à tendance scatologique, tellement il est facile de se lâcher et d'en faire des caisses face à un tel sujet.

Malheureusement un vent favorable nous a rapporté l'existence d'un objet étrange, dont on pourrait se demander s'il existe réellement. Renseignements pris, oui, il existe. Nous voici donc face - c'est une image - à une sorte de filtre d'apparence feutrée dont le but dans la vie est de neutraliser les odeurs des gaz émis par le postérieur de l'heureux propriétaire dudit filtre.

Le principe est simple : il suffit de se coller la chose à l'endroit adéquat - non, on ne vous fera pas de dessin - pour profiter de ses effets bénéfiques, grâce au charbon actif qu'il contient (on espère juste que le charbon actif n'est pas inflammable, avoir le feu aux fesses n'étant généralement pas considéré comme positif.) Au final le dispositif est censé rendre votre petite production olfactivement moins spécifique.

Si l'idée d'avoir un filtre collé au popotin ne vous amuse guère, sachez que cela existe aussi sous forme de feutre pour chaise de bureau ainsi que sous forme de « sac de couchage » pour quand vous allez au lit (histoire de mariner dedans, j'imagine).

Vous me direz qu'il est facile d'ironiser sur un tel sujet et de faire des jeux de mots à bon compte. Si tout le monde est concerné (on en produirait chacun jusqu'à 2 litres par jour) c'est réellement gênant quand on a une production supérieure à la moyenne, ce qui est rarement un avantage en-dehors de concours passionnants dans les chambrées estudiantines.

Mais cela ne change pas grand-chose à l'utilité du proutofiltre qui nous occupe aujourd'hui : à en croire les commentaires des utilisateurs (car oui, il y en a, et ils l'assument), la performance est assez peu élevée. Pire, cela pourrait vous mettre abusivement en confiance. Et quand on est trop confiant, on finit par péter plus haut que son cul (ce qui, là aussi, est rarement perçu comme positif par notre entourage.)

Que faire alors ? Certains utilisent la technique du Herve faisandé, laissant traîner l'élément sur le bureau tout en faisant croire que ça leur sert de pique-nique. C'est en quelque sorte une technique d'enfumage. Blague à part, l'alimentation joue un grand rôle dans le processus gazéifiant. Contrôler ce que l'on mange est probablement la meilleure chose à faire, et c'est franchement moins cher que les 80$ demandés mensuellement pour 30 filtres à pets. Jetables, évidement. Vous ne voulez pas qu’ils soient lavables non plus ?

Évitez par contre les artichauts ou les haricots rouges.

Il faut être raisonnable, aussi.

 

* Oufti

Voir aussi