Le compost

Bac à compost. Photo par solylunafamilia sur flickr - https://www.flickr.com/photos/solylunafamilia/2985709812/
Bac à compost. Photo par solylunafamilia sur flickr - https://www.flickr.com/photos/solylunafamilia/2985709812/

Type de publication:

Fiches-conseils n°30

Thématiques : 

Mots-clés : 

Bon nombre d'entre nous trient leurs déchets et les remettent à des collectes sélectives pour qu'ils soient recyclés. Mais tout le monde ne bénéficie pas d'une collecte de déchets organiques. Or, un bon tiers du volume de notre poubelle en est constitué !

Mis en décharge, ils vont fermenter, émettre du méthane (gaz à effet de serre) et des composés comme l'hydrogène sulfuré, sources d'odeurs nauséabondes.

Incinérés, les déchets organiques vont constituer un gaspillage d'énergie (vu qu'ils sont composés à 90% d'eau, l'énergie sert surtout à évaporer de l'eau !) et participer aux émissions de l'incinérateur : SO2, NOX, dioxines...

Ils peuvent pourtant servir à fabriquer un engrais de qualité: le compost.

Pas besoin d'un grand jardin, ni de déchets en quantité; tout le monde peut réaliser un compost, même sans jardin!

Que se passe-t-il lors du compostage?

Le compostage est un processus naturel lors duquel des matières biodégradables (déchets de cuisine et de jardin) sont transformés en un amendement riche et stable : le compost. Il a lieu dans certaines conditions favorables, grâce à l'intervention de micro-organismes (bactéries, champignons,…) et d'autres organismes vivants comme les vers de terre, les insectes,… Ces réactions nécessitent une humidité moyenne, de l'oxygène et dégagent de la chaleur. Le compost chauffe (de 30° à 65-70°) pendant la phase de décomposition des déchets par les micro-organismes puis la température redescend progressivement pendant la phase de maturation. Plus la quantité de déchets mise dans la compostière est importante, plus l'élévation de température sera grande en début de processus. C'est cette température qui va permettre d'éliminer, en partie ou totalement, les semences de mauvaises herbes, les maladies, etc.

Tas ou compostière ?

On peut obtenir un excellent compost en tas comme en compostière (fût préfabriqué, treillis ou bac à faire soi-même). Le choix dépend du volume des déchets et de la place disponible. A la campagne ou dans un grand jardin (plus de 1000 m²), constituer un tas permet de traiter de grandes quantités sans occasionner de frais. Dans les jardins moyens à petits (inférieurs à 300 m²), une compostière convient mieux et présente un aspect plus soigné. En outre, le compostage y est souvent plus rapide. On peut la fabriquer soi-même ou l'acheter. Elle peut être en treillis (à condition que celle-ci soit munie d'une bâche perforée qui permet d'aérer le compost sans le dessécher), en plastique (recyclé ou non) ou en bois. Dans ce cas, il faut veiller à ce que le bois ne soit pas traité avec des biocides nuisibles aux micro-organismes du compost.

On peut même composter sur son balcon avec l'aide de vers de terre («lombricompost »)

Voir à ce sujet la fiche 104 «Le lombricompostage».

Le volume de la compostière est fonction de la quantité de déchets à composter et donc de la taille de votre jardin. Pour les petits jardins il faut prévoir une contenance minimale de 200 litres. Pour les jardins plus grands celle-ci doit être de 500 litres au minimum.

Si vous optez pour un fût cylindrique celui-ci doit être d'une seule pièce, et être plus large à la base qu'à son sommet. Ces compostières se démoulent facilement et ne se désarticulent pas sous le poids des déchets. Il est également primordial de se procurer une tige d'aération avec le fût.

Dans le cas des silos en bois il faut que ceux-ci présentent une aération suffisante, mais pas trop importante, avec des écarts entre les planches de bois qui ne dépassent pas 3 à 4 cm.

Dans le cas des silos à un compartiment, une paroi amovible facilite le mélange du contenu. Les silos à deux compartiments sont les plus pratiques car dans l'un le compost mûrit tandis que l'autre accueille les nouveaux déchets.

Mouches et odeurs?

Même avec un compost bien conduit, on ne peut garantir l'absence totale de mouchettes. C'est pourquoi, il vaut mieux placer le compost au fond du jardin, loin de l'habitation mais dans un endroit d'accès facile. Pour éviter un maximum ces mouchettes, incorporez les déchets alimentaires a l'intérieur du compost ou couvrez-les avec des matières sèches (broyat, carton, etc.).

Les mauvaises odeurs sous souvent provoquées par un mélange déséquilibré, un compost trop humide et mal aéré. Afin d'éviter ces odeurs désagréables il faudra veiller à bien mélanger les matières vertes avec des matières brunes (voir « quels déchets composter ? ») et aérer régulièrement votre compost (via une tige d'aération ou des retournements).

Quels déchets composter

Toutes les matières organiques peuvent être compostées à condition que l'on respecte un bon équilibre (en volume) entre les matières vertes (riches en azote) et brunes (riches en carbone).

Les matières vertes, molles et humides : épluchures de fruits et légumes (même les agrumes), marc de café, sachets de thé (sauf ceux en matière synthétique), fleurs fanées et feuilles vertes, tontes de gazon, mauvaises herbes (si en graines, laisser tremper 24h avant d'incorporer au compost pour éviter qu'elles ne germent plus tard lors de l'utilisation du compost), …

Les matières brunes, dures et sèches : feuilles mortes, tailles de haies (broyées), litière de petits animaux herbivores ou granivores, paille, sciure, copeaux, papier essuie-tout, …

Matières à éviter ou à composter avec précaution : les plantes malades, les restes d'aliments préparés, le poisson et la viande, les litières de chats, les sauces, huiles et graisses, etc.

Voir également la fiche n°85 : «Que peut-on composter?»

Quelques conseils...

  • Eviter d'ajouter trop de déchets identiques en même temps (surtout les tontes de pelouse), ainsi que des déchets trop gros ou trop long.
  • Pour assurer une bonne aération et un réchauffement du compost, l'entreposage doit se faire à l'abri de la pluie, et dans un lieu modérément ensoleillé. Si le compost est trop sec, il faut l'arroser. S'il est trop humide, il faut l'aérer.
  • Si la compostière possède un fond il faut la déposer sur des dalles (laisser alors un bon cm entre chaque dalle pour permettre aux organismes de coloniser le compost) ou sur une palette. Ceci permet d'éviter que le fond ne s'enfonce dans le sol, ne se fende et que les trous qui y sont prévus pour l'aération ne se bouchent.
  • Evitez de commencer un compost en hiver; le froid rendrait le démarrage difficile.
  • Evitez de travailler en couches et favorisez plutôt un bon mélange des matières vertes et brunes
  • Conservez toujours un stock de matières brunes pour assurer un bon équilibre du compost.
  • Pour démarrer la décomposition, il est recommandé d'apporter quelques pelletées de compost mi-mûr (contenant des micro-organismes, des insectes, etc.). Vous pouvez également utiliser des jeunes orties ou de la consoude. Utilisées telles quelles ou sous forme de purin, elles sont de bons accélérateurs de compost.

Faut-il mélanger le compost?

Il est conseillé de toujours bien mélanger les matières intégrées dans le compost et d'éviter de travailler en couches inertes. Ce bon mélange favorise une bonne aération.

Il faut également aérer une à deux fois par semaine, ou lors de chaque apport, votre compost à l'aide d'une tige d'aération qu'on enfonce à 4-5 endroits différents de la compostière. Ceci permet de créer des cheminées d'aération et de mélanger les matières. Si vous disposez d'une compostière à plusieurs compartiments l'aération se fera également lors du transvasement des matières d'un bac à l'autre. Ce procédé permet aussi de ramener les matières de la périphérie vers le centre du compost et ainsi de réactiver le processus.

Stockage

Il ne faut pas stocker le compost pendant plus d'1an sinon les substances organiques se minéralisent trop et ne contribueront plus autant à l'enrichissement du sol.

Comment utiliser le compost ?

Pour savoir comment utiliser un compost il faut distinguer le compost jeune du compost mûr.

Le compost jeune n'a pas encore 6 mois, contient des matières qui ne sont pas encore totalement décomposées ainsi que de nombreux organismes vivants (micro-organismes, vers de terre, etc.). Celui-ci s'épand en automne autour des arbustes, entre les fraisiers, les plantes vivaces et légumes « gourmands ». Il finira sa décomposition durant l'hiver. Attention de ne pas l'utiliser pour les arbres qui supportent mal le compost jeune en grosse quantité ni en contact direct avec les racines.

Le compost mûr a 6 mois et plus, contient des matières organiques fortement décomposées et peu de vers de terre. Il améliore la structure du sol et fixe les substances nutritives. Il peut être mis en contact avec les racines et peut être utilisé pratiquement pour tout : plantes d'intérieur, gazon, semis, etc.

Pour en savoir plus...

  • Le Comité Jean Pain asbl possède un centre de démonstration et organise des visites de celui-ci les premiers samedis du mois. Plus d'information : Tél. : 052.30.53.65 ou www.comitejeanpain.be
  • Worms asbl: www.wormsasbl.org
  • Bon…Jour Sourire asbl Tél.: 085 41 12 03
  • Bruxelles Environnement : www.environnement.brussels/ 

Fichiers attachés : 

Voir aussi