Et si on interdisait la publicité pour les véhicules polluants ?

Interdire la pub pour les voitures polluantes
Interdire la pub pour les voitures polluantes

Le Salon de l’auto ouvre ses portes ce 10 janvier. L’occasion de remettre en question le déluge de publicités pour des voitures polluantes et dangereuses, comme les SUV.

Peut-on encore tolérer des publicités qui incitent les consommateurs à acheter des véhicules qui émettent des quantités démesurées de CO2 ? Alors qu'il devient urgent de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de préserver la sécurité des usagers les plus faibles sur la route et d’améliorer la qualité de l’air dans les villes.
 

Une avalanche de publicités

Le Salon de l’auto ouvre ses portes ce 10 janvier à Bruxelles et comme tous les ans, la grand-messe des amateurs de moteurs s’accompagne d’une orgie de publicités. Dans la rue, à l’arrêt de bus, sur internet, à la radio… difficile d’échapper à cette avalanche de pubs vantant les vertus de voitures toujours plus grandes, plus puissantes et prétendument plus « propres ».

Place de Brouckère, semi-piétonnier : pub pour un pickup de 2500 kg  qui n’a rien à faire en ville (et qui bénéficie de surcroit d’un régime fiscal hyper favorable !)
Place de Brouckère, semi-piétonnier : pub pour un pickup de 2500 kg qui n’a rien à faire en ville (et qui bénéficie de surcroit d’un régime fiscal hyper favorable !)
 

En Belgique, le secteur automobile dépense plus de 300 millions d’euros par an pour la publicité de ses produits. Sachant que 500 000 voitures sont vendues chaque année, on peut estimer qu’en faisant l’acquisition d’un nouveau véhicule, un consommateur paie en moyenne 600 euros rien que pour la pub. Pour ce prix-là, on peut presque acheter un vélo électrique d’entrée de gamme.

> Découvrez nos conseils pour moins rouler en voiture et préserver le climat
 

Faire disparaître les SUV des panneaux publicitaires

Pour endiguer ce raz-de-marée publicitaire, une coalition d’associations, dont Inter-Environnement Wallonie, le Gracq, le BRAL et Extinction Rebellion, appelle à ce que la promotion des voitures, notamment via le biais de la publicité, soit au mieux interdite, ou du moins régulée par les autorités publiques. Concrètement, ces organisations proposent qu’on bannisse toute publicité :

  • pour les véhicules qui émettent plus de 95g de CO2/km ;
  • pour les véhicules dont le poids, la puissance et la vitesse sont excessifs ;
  • et pour ceux dont la forme de la face avant est dangereuse.

L’application de ces critères ferait disparaître une grande partie des SUV des panneaux publicitaires. Surtout, il faudrait que les autorités encouragent davantage la promotion et le développement de mobilités alternatives.

Des pubs pour des voitures polluantes versus la réalité

Visuels de la campagne #BoycottAutoSalon
 

Les émissions de CO2 des voitures neuves augmentent

Ces publicités encouragent des comportements qui vont à contre-courant des enjeux climatiques actuels. Les voitures vendues en 2019 émettent plus de CO2 que celles vendues l’année précédente. En cause : le succès des SUV (39% des ventes), un glissement des ventes du diesel vers l’essence ainsi que le passage au test WLTP (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures) pour l’homologation des véhicules, plus réaliste que le NEDC (New European Driving Cycle).

Au niveau mondial aussi, les SUV plombent les réductions d’émissions de CO2 ; l’Agence Internationale de l’Energie estime qu’ils représentent la deuxième cause d’augmentation des d’émissions de CO2 dues à l’énergie sur la période 2010-2018.[1]

Alors, envie que ça change ? Rejoignez la mobilisation sur Facebook !
 

Lire aussi

Mots-clés :