Consommation collaborative & alimentation : bonnes adresses en Belgique

Image <a href="https://pixabay.com/fr/photos/fruits-l%C3%A9gumes-bo%C3%AEte-en-bonne-sant%C3%A9-924937/" target="_blank">Pixabay</a>
Image Pixabay

Type de publication:

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Jonas Moerman

Manger plus durable grâce à la consommation collaborative ? Pourquoi pas ! Voici les bonnes adresses pour une alimentation locale, en circuit court.

Divers systèmes permettent la rencontre entre producteurs et consommateurs. Certains sont basés sur un modèles coopératif, d’autres sur un modèle capitaliste.

> Lire aussi : L'économie collaborative peut-elle aider à éco-consommer ?

Voici de bonnes adresses en Belgique :

  • Les AMAP[1] et les GASAP[2] naissent en général de la rencontre d'un groupe de consommateurs et de producteurs. Ils conviennent d’un contrat à l’année et s’engagent pour un nombre fixe de paniers (petits ou grands). La composition est variable tout au long de l’année, suivant les saisons. Les produits sont souvent livrés en vrac et le groupe de consommateurs s’organise en tournante pour composer les paniers.

Un prix juste est fixé avec un producteur. Le prépaiement assure un revenu garanti et régulier au producteur ainsi que la sécurité d’écouler toute sa production. Cela lui permet aussi de prévoir ses cultures.

On trouve majoritairement des GASAP à Bruxelles. La Wallonie compte de nombreux GAC (Groupes d’Achat Commun), dont le fonctionnement peut varier.

> Voir le site des GASAP ainsi que la carte des GAC sur le site du Réseau des Consommateurs Responsables.

  • Autre solution, adoptée notamment par la coopérative Paysans Artisans : créer sa propre plateforme pour lier producteurs et consommateurs. Dans ce cas, les productions mettent leurs produits sur une plateforme et les consommateurs y font leur choix. Il y a un lien fort entre eux. Les marges prélevées par la plateforme servent à payer des salaires, des loyers ou des crédits pour les bâtiments, à faire la promotion …
     
  • A contrario, La ruche qui dit oui est un modèle plus capitaliste : les marges prélevées par la plateforme servent à rémunérer les actionnaires. Le soutien aux producteurs se limite à l’achat de leurs produits, ce qui n’est déjà pas mal.
     
  • Les box repas connaissent un grand succès. Littlegreenbox est une coopérative à finalité sociale, propose des box repas avec des ingrédients bio et locaux.
     
  • eFarmz (qui a fusionné avec Topino) propose également des box repas (ingrédients bios et locaux).
     
  • On peut aussi participer à un potager collectif pour partager en toute convivialité une parcelle à cultiver. On les trouve aussi sur la carte du Réseau des Consommateurs Responsables.
     
  • Mais si on n’a pas le temps de tout cueillir, Fruit & Collect se propose d’aller cueillir des fruits chez des particuliers plutôt que de les laisser pourrir sur place et d’éviter ainsi le gaspillage.
     
  • Enfin, côté distribution, il existe aussi des supermarchés coopératifs.

> Lire aussi : 5 raisons de s’investir dans une coopérative citoyenne.

 

Plus d'info

 


[1] Associations pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne

[2] Groupes d’Achats Solidaires de l’Agriculture Paysanne

Voir aussi

Aucune publication trouvée.