Utiliser des matériaux de construction de récupération : nos bons plans

Type de publication:

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Jean-François Rixen
Renaud De Bruyn

Utiliser des matériaux de construction de récupération, c’est écologique et économique. Voici nos bons plans pour les trouver et les installer.

Sommaire :

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

On tend à l’oublier mais en rénovation, son propre chantier peut être une source importante de matériaux. On les démonte avec soin pour les réutiliser tels quels dans son projet.

> Lire : Comment faire du réemploi dans la rénovation de sa maison ?

Mais il faudra compléter par d’autres matériaux. On se tourne vers les matériaux de construction d’occasion plutôt que d’acheter des produits neufs.. C’est moins cher et plus écologique. Les matériaux de construction sont très peu recyclés de manière circulaire [1] et demandent beaucoup de ressources à la fabrication. Deux bonnes raisons pour les réemployer tels quels !

> Voir aussi : 5 idées d'économie circulare à intégrer dans son projet de construction ou de rénovation
 

Quels matériaux peut-on trouver en récupération et à quel prix ?

On trouve facilement :[2]

  • des matériaux minéraux comme des pierres bleues et d'autres pierres naturelles, des briques, des carrelages, des pavés, klinkers et bordures, des tuiles et couvre-murs... Les pavés oscillent entre 4 et 50€/m², selon que l’on choisit du pavé en béton ou de plus solides et anciens pavés de rue. Les briques varient de 0,25 à 0,60€/pièce, les carrelages de 20 à 100€/m², etc.
  • des matériaux d’une certaine qualité architecturale, comme par exemple des portes anciennes et leurs encadrements, des vitraux ou boiseries précieuses, des cheminées, des poutres en chêne voire des escaliers complets. Une porte ancienne coûte entre 30 et 170€.
  • des châssis, avec ou sans vitrage, pour 20 à 40% du prix du neuf (pour des châssis récents) ;
  • du bois de terrasse issus de… terrasses, de navires (ponts) ou de l’industrie de la construction (bois utilisés comme coffrage pour fabriquer des blocs de béton), de 14 à 50€/m² selon le bois et les dimensions. On trouve aussi du bois de bardage (issus de poutres ou poteaux d’amarrage découpés), de granges…
  • le bois de construction en général (surtout des poutres).

Certains matériaux ou objets sont moins courants chez les revendeurs. Il faut plutôt tenter sa chance sur les sites de seconde main.

  • le matériel électrique (prises, câbles, tableaux, luminaires…)
  • l’équipement sanitaire (éviers, baignoires, douches…)
  • les radiateurs (surtout anciens et en fonte).

Certains matériaux sont plus difficiles à trouver en seconde main :

  • les poutres en chêne de plus de 5 mètres ;
  • des portes contemporaines (portes « à peindre », PVC…) ;
  • les planchers et parquets anciens sont également relativement rares.

Enfin, les matériaux de construction métalliques, les matériaux d'aménagement de bureaux (cloisons…), les isolants, les revêtements de finition sont, eux, quasiment introuvables.

La bible qui reprend les revendeurs de matériaux est le site Opalis. On y trouve des revendeurs en Belgique, en France et au Pays-Bas.
 

Acheter des matériaux de construction de récupération
Dallage, pavés, briques, poutres en bois, tuiles, portes, escaliers, parquet, carrelages, sanitairs, radiatuers, luminaires... On trouve de tout dans les matériaux de construction de récup. Photos : Opalis.
 

À quoi faire attention quand on achète des matériaux d’occasion ?

Voici quelques éléments d'attention quand on achète en seconde main des matériaux de construction et d’aménagement :

  • L’adaptation des plans aux matériaux. Les portes et fenêtres de réemploi imposent la dimension des ouvertures dans le bâtiment. Si on peut recouper (un peu) une porte, c’est pour ainsi dire impossible avec des châssis. Idéalement il faut connaitre les dimensions avant de construire.
  • L'état du matériau. Certains matériaux de récup sont vendus prêts à l'emploi, c'est-à-dire triés, nettoyés, conditionnés alors que d'autres non. D’autres demandent un nettoyage (enlever le mortier collé à des briques, des pavés…) ou un redimensionnement (portes).
  • Le stock disponible. Si un matériau doit être utilisé à un moment précis en quantités précises, il est important de s'assurer de sa disponibilité.
  • Original ou imitation ? Certains matériaux de réemploi se font rares, comme certaines briques anciennes, d'où l'arrivée sur le marché de matériaux neufs qui imitent l'aspect des matériaux anciens. Ces produits sont systématiquement vendus moins chers.
  • Activité locale ou pas ? Contrairement à ce que l'on peut croire, le marché du réemploi est bel et bien un marché international. Parmi les produits importés en Belgique, on trouve notamment des poutres en chêne, des briques et de la pierre naturelle provenant majoritairement de France, ainsi que des klinkers des Pays-Bas.

On se renseigne auprès du revendeur pour connaître l'état, la disponibilité et la provenance des matériaux.

Le site opalis.be propose également des conseils utiles et des fiches qui reprennent, par matériau, des informations sur l'état du marché, des points d'attention et des indications de prix.
 

Où trouver des matériaux de récupération ?

Revendeurs professionnels

On trouve une grande diversité de matériaux de récup chez les revendeurs professionnels. Chacun a son propre panel d'activités et de matériaux disponibles, mais aussi sa manière de fonctionner. Certains font partie de la filière associative (entreprises d'économie sociale, Entreprises de Formation par le Travail, ASBL...), d'autres émanent du secteur privé.

Les revendeurs professionnels privés se concentrent de plus en plus sur des matériaux à haute valeur ajoutée, en raison des coûts élevés de démantèlement, de remise en état et de stockage. On y retrouve des matériaux remarquables (pour leur âge ou leur manufacture) : pierres bleues, dalles de carrelage en céramique, pavés...

Les matériaux plus « standards », tels que les portes, châssis et sanitaires se raréfient chez les revendeurs professionnels et se retrouvent plutôt chez les associations et sur les sites de petites annonces et de seconde main.

Le site opalis.be propose aussi une cartographie des revendeurs professionnels, permettant une recherche sur base géographique ou en fonction des matériaux souhaités.

Où trouver des matériaux de récupération en Belgique ?Via les sites de petites annonces

La plupart des sites connus du grand public s'accordent sur le fait que les matériaux de construction d'occasion ont le vent en poupe. Par exemple, sur 2emain.be, dans la rubrique « Construction », on trouve des poêles (à bois, gaz ou mazout), du matériel d’électricité (gaines, coffrets...), des portes et fenêtres, des briques, des carrelages, des sanitaires (WC, lavabo, baignoire...) et bien d’autres.

On peut aussi tenter sa chance sur Bricozone ou encore sur Facebook via le marketplace ou des groupes spécifiques.

Sur les chantiers en cours à proximité

Des chantiers en cours près de chez soi peuvent également libérer des matériaux intéressants. Il est parfois possible de trouver un arrangement avec l'entrepreneur qui, lui, ne devra plus s'occuper de leur évacuation et de leur stockage.
 

Limites

Contrairement aux produits neufs, les matériaux de construction de réemploi ne disposent généralement pas d'une garantie attestant leurs performances. Il faudra donc prendre ses responsabilités, surtout s’il s’agit de matériaux structurels.

De ce fait, il est parfois plus difficile de trouver un entrepreneur qualifié et motivé pour mettre en œuvre les matériaux d’occasion. D’autant que les matériaux de récup’ ne sont pas fournis avec leur manuel ou fiche technique…

 

[1] De façon à refaire un matériau de même qualité. La très grande majorité des déchets de construction actuellement générés en Belgique sont utilisés pour la construction de routes (principalement pour les fondations). On ne refait donc pas vraiment de nouveaux blocs de béton à base de déchets de construction, même si l’incorporation de granulats recyclés se fait de plus en plus pour fabriquer de nouveaux matériaux. Source : CSTC, Utilisation de granulats de béton recyclés dans le béton, juillet 2019.

[2] Prix indicatifs et disponibilités relevés sur opalis.be en février 2021.

 

Voir aussi