L’Eco-score, un outil pour favoriser l’alimentation durable

L'Eco-score, classement écologique des aliments
L'Eco-score, classement écologique des aliments

Type de publication:

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Renaud De Bruyn

L’Eco-score analyse l’impact des aliments sur l’environnement. Il permet de comparer les produits et facilite ainsi une alimentation plus durable.

L’Eco-Score est un nouvel outil très pratique pour faire ses courses en magasin. Il analyse l’impact des produits alimentaires sur l’environnement et leur attribue un score écologique. 

On connaissait déjà le Nutri-score pour l’apport nutritionnel d’un aliment (même si la démarche a ses écueils). Voici son équivalent pour identifier les produits alimentaires les plus respectueux de l’environnement.

Cet outil est une initiative de 8 acteurs parmi lesquels l’application Yuka, le site Marmiton et OpenFoodFacts, la célèbre base de données libre et collaborative qui recense les étiquettes de plus d’un million et demi de produits.

Pour développer l’Eco-Score, ils ont utilisé la base de données Agribalyse[1] qui partage les impacts environnementaux moyens par kilo d’aliments-types comme une crêpe maison fourrée au chocolat, un potage tomate, une fraise crue de saison, une fraise hors saison, etc.

Ce score environnemental est converti en points, sur une échelle de 0 à 100 points.

À ces données, l’Eco-score ajoute :

  • Un bonus si le produit porte un label officiel (bio, commerce équitable, MSC/ASC mais aussi Label Rouge par ex.) : + 5 à 20 points.
  • Un bonus sur base de l’origine des ingrédients (transport, politique environnementale du pays de production) : + 0 à 15 points.
  • Un bonus/malus si l’aliment contient des ingrédients qui ont un impact sur la biodiversité et les écosystèmes (par ex. les effets de l’huile de palme sur la déforestation) : -5 à +5 points.
  • Un malus lié à l’emballage (recyclage, suremballage…) : 0 à -15 points.

Cela donne une évaluation globale qui tient compte de 15 impacts environnementaux et place l’aliment sur une échelle de « A » (le meilleur) à « E » (le moins bon).

Eco-score

 

Eco-scoreEco-scoreEco-score
Source : appli Open Food Facts.

Très transparente, toute la méthodologie est expliquée en détails sur le site de l’Eco-Score.[2]

Évidemment, comme toute démarche de cotation généraliste, elle ne peut pas tenir compte de tous les détails. D’autant que l’information n’est pas nécessairement fournie par les fabricants.[3]

Mais elle est assez complète, transparente, argumentée et permet de se faire une idée sur l’aspect écologique (ou non) de dizaines de milliers d’aliments déjà « écoscorés ».

L’Eco-score est disponible depuis janvier 2021 sur le site et l’application d’Open Food Facts. Il est conseillé de faire une mise à jour de l’application. Puis il suffit simplement de scanner le code-barre du produit. L’Eco-score arrivera progressivement sur les applis qui utilisent la base de donnée Open Fodd Facs, parmi lesquelles Yuka (mise à disposition prévue en février 2021).

Voilà un bon coup de pouce pour choisir des produits plus écologique en rayon et ainsi opter pour une alimentation plus durable.

Lire aussi

 


[1] 2500 produits analysés en mode « cycle de vie » à l’initiative de l’ADEME et l’INRAE. https://www.agribalyse.fr/

[2] Notamment toutes les formules utilisées. À découvrir sur https://docs.score-environnemental.com/

[3] Le transport, par exemple, est basé sur un nombre de kilomètres entre pays et pondéré selon un mix modal issu des statistiques européennes. L’impact CO2 est repris de moyennes selon le mode de transport. Donc ça ne donne pas un score hyper-pointu sur une bière qui serait transportée par un type de camion plus économe que la moyenne. Mais ça donne une bonne idée de l’impact, ce qui en soi est déjà une sérieuse avancée.

 

Voir aussi

Aucune publication trouvée.