Un bout de jardin sauvage, on relève le défi !

Jardin sauvage. Photo : Pascal Hauteclair
Jardin sauvage. Photo : Pascal Hauteclair

Et si on laissait faire la nature ? Voici plusieurs activités pour favoriser la biodiversité dans son jardin et y observer sa beauté. On se lance ?

Laisser faire et observer, voilà les mots d'ordre au jardin. Le printemps et l'été sont des saisons magnifiques, particulièrement propices à profiter de la nature dans son jardin. Plusieurs organisations proposent des activités participatives pour y accueillir plus de biodiversité. Action !
 

En mai, tonte à l'arrêt

La deuxième édition de l’opération « En mai, tonte à l’arrêt » a commencé. Elle est organisée par Le Vif, en partenariat avec Adalia 2.0 et la faculté Gembloux Agro-Bio Tech de l’ULiège.

Concrètement, il s'agit de... ne rien faire. On range la tondeuse, la nature se charge du reste. On laisse ainsi un espace un peu sauvage dans son jardin afin d'y héberger une précieuse biodiversité. L’idéal : rendre tout son jardin accueillant. On installe différents habitats, on préfère les plantes indigènes…

> Lire nos 8 idées pour favoriser la biodiversité au jardin

Comment participer ?

  • Inscrire son jardin en ligne.
  • Choisir une zone (la plus grande possible) qu'on ne tondra pas pendant un mois et observer la faune et la flore qu'elle va accueillir. Le site de l'action met à disposition des guides pour identifier la faune et la flore. On peut facilement cocher celles qu'on observe pour les encoder dans son compte personnel.
  • Délimiter un carré témoin d'1 m² et répertorier les fleurs qu'on y trouve. Cela permettra de fournir un "indice nectar" à la fin de l'action.

L'année passée, 1357 participants avaient inscrit leur jardin. Fera-t-on mieux cette année ? Bilan de l'opération le 9 juin.
 

1 m2 pour la biodiversité

Après mai, on garde ses bonnes habitudes et on continue à consacrer 1 m2 (minimum !) de son jardin à la nature sauvage. C’est très facile et à la portée de tout le monde. Ici aussi, il faut simplement… ne rien faire !

C'est la proposition faite par Natagora, notamment pour accueillir les papillons au jardin. L'association suggère en particulier de :

  • laisser s’épanouir naturellement un coin de pelouse ensoleillé pour voir fleurir les plantes sauvages. On ne tond simplement pas cet espace-là.
  • maintenir une zone où poussent des orties. Elles peuvent accueillir jusqu’à 20 espèces différentes de papillons !
  • semer des plantes indigènes et mellifères pour nourrir papillons et chenilles.
  • dédier quelques plants du potager aux papillons (choux, navets, fenouils, carottes…). On repère des chenilles sur certains légumes ? Au lieu de toutes les enlever pour protéger la culture, on les laisse sur certains plants afin de permettre aux futurs papillons de se nourrir et grandir.

> Voir d’autres propositions de Natagora sur son site.

Cette nature spontanée est indispensable aux papillons et autres insectes pour se nourrir, pondre, s’abriter ou se reposer.

Et, évidemment, on bannit les pesticides !

> Voir nos astuces pour éviter les pesticides au jardin et au potager
 

Compter les papillonsCompter les papillons

« Devine qui papillonne au jardin » c'est le traditionnel rendez-vous fixé par Natagora en juillet. L'association invite chacun à observer et compter les papillons. On en verra d'autant plus qu'on aura bien conservé un bout de jardin sauvage au printemps.

Participer au recensement des papillons est à la portée de tout le monde. On observe les papillons qui visitent son jardin au mois de juillet. Pour chaque espèce, on compte le nombre maximum de papillons observés en même temps. Puis on encode ses observations en ligne. Des outils simples sont mis à disposition par Natagora pour déterminer les espèces de papillons. 

Toutes les informations sont disponibles sur le site de l’action.

Les papillons se font de plus en plus rares, même chez les espèces communes. Les recenser permet aux scientifiques de suivre l’évolution des populations et d’essayer de comprendre ce déclin. Cette action s’inscrit dans les « sciences participatives ».

C’est une façon ludique d’en savoir plus sur les papillons et de contribuer en même temps à une action de grande ampleur. Et on peut faire cela en famille ou avec des amis, pour une activité nature et conviviale pendant l’été !

 

 

Mots-clés :