Bébé au naturel : quel matériel utile et pas cher choisir ?

Bébé au naturel : quel matériel utile et pas cher choisir ?
Bébé au naturel : quel matériel utile et pas cher choisir ?

Type de publication:

Thématiques : 

Mots-clés : 

Auteurs : 

Poussette, biberon, langes, jouets, relax… Nos astuces pour du matériel utile, sain, écologique et pas cher, pour préparer sa liste de naissance ou à acheter quand bébé grandit.

Quand bébé arrive et grandit, la maison se met rapidement à ressembler à une crèche avec ses poussette, nacelle, siège auto, lit-bébé, lit de voyage, biberons, langes, jouets, doudous, vêtements, relax, cuit-vapeur spécial petits pots… Tout cela serait essentiel pour bien s’occuper de son enfant. Vraiment ?  

On passe en revue le matériel pour bébé, ce qui est utile (ou pas), quoi mettre sur sa liste de naissance et quoi acheter plus tard... Voici comment s’équiper sans se ruiner tout en faisant les bons choix pour la santé de bébé et l’environnement.

Sommaire :

- - - - - - - - - - - - - - - - -
 

Trois réflexes de base

Se méfier des achats impulsifs

On fait attention aux craquages. Gare aux envies d’acheter tout ce qu’on trouve mignon et qui semble indispensable sur le moment. Le mieux est de prendre le temps de réfléchir et de se renseigner.

Se faire confiance

Amis, famille, vendeurs, chacun y va de son petit conseil. Et c’est utile d’entendre leurs expériences, on s’en sert pour nourrir sa réflexion. Mais au final, on choisit ce qu’on estime être vraiment utile, sans se culpabiliser et en se faisant confiance. Au pire, il sera toujours temps d’acheter par la suite le triple égouttoir à biberons de luxe.

S’équiper au fil des besoins

C’est une excellente initiative de penser, avant sa naissance, à l’équipement dont bébé aura besoin. Mais inutile d’acquérir la totalité du matériel avant qu’il montre le bout de son nez. On risque d’acheter pour rien des objets qu’on n’utilisera pas. On veille à avoir le minimum nécessaire et, si on hésite, on peut emprunter, louer ou réfléchir avant de se décider. Et tout ce qu’on n’achète pas, c’est autant d’économies !
 

Les bons plans

Bébé grandit vite et il est dommage de débourser pas mal d’argent pour des objets qu’il n’utilisera que très peu. Alors comment s’équiper utile à petit prix ?

On pratique la récup’, les achats en seconde main et la location. Ce sont des réflexes malins pour le portefeuille mais aussi pour l’environnement : on réduit l’impact écologique du matériel en prolongeant sa durée de vie.

Dans tous les cas, on veille à n’utiliser que du matériel en bon état pour garantir la sécurité de bébé.

La récup

Il y a évidemment les affaires de l’aîné qu’on peut récupérer pour le petit deuxième.

Si on n’a pas déjà ce qu’il faut, on sollicite son entourage. La famille, les copines ou d’autres parents ont peut-être du matériel en bon état à donner, prêter ou revendre.

Un simple appel via facebook permet souvent de dégoter juste l’objet qui manque, que ce soit une chaise haute ou un lit de voyage. On n’hésite pas à poser la question autour de soi.

La deuxième main

Il existe beaucoup d’options, que ce soit en magasin ou en ligne :

> Lire aussi : Pourquoi acheter en deuxième main ?

La location

Pour un besoin ponctuel ou pour tester du matériel avant de l’acheter, on se tourne vers la location. On peut louer du matériel de puériculture :

  • dans les mutuelles ou les pharmacies ;
  • via des initiatives spécifiques, comme la babythèque bruxelloise ou ecobabies ;
  • entre particuliers sur des plateformes telles que usitoo ou e-loue.

> Voir plus d’infos et adresses pour la location.
 

Avant l’arrivée de bébé

9 mois, cela laisse le temps de bien préparer la venue de bébé. Pendant la grossesse, on anticipe certaines démarches, l’aménagement de la chambre et quelques achats pour accueillir sereinement le petit bout.

Préparer la liste de naissanceAménager la chambre de bébé en seconde main

La famille et les amis aiment gâter le nouveau-né. Pour éviter de se retrouver avec 20 peluches, on les oriente grâce à la liste de naissance. Mais on évite de se suréquiper d'avance, sans savoir ce qui sera vraiment utile au quotidien.

On n’hésite pas à fractionner les gros achats en parts à offrir. Cela permet aux futurs parents de réduire les frais et de choisir de bons équipements de qualité et écologiques.

Au lieu de se concentrer sur un seul commerce, on peut d’ailleurs se tourner vers des listes de naissances libres ou multi-enseignes. Une fois la liste construite, chaque proche peut réserver un cadeau, ce qui évite les doublons, puis le payer en magasin ou verser l’argent sur le compte des parents. Par exemple : mes envies, ookoodoo, milirose ou kadolog (gratuit jusqu’à 10 cadeaux).

Grâce à ces listes libres, on peut aussi inclure des cadeaux immatériels ou de seconde main. Ils viennent à point pour un deuxième enfant, quand on a déjà presque tout ce qui est nécessaire. Quelques idées de cadeaux alternatifs à inclure sur sa liste de naissance :

  • des vêtements ou jouets de seconde main (la personne verse un montant déterminé et on va choisir soi-même le vêtement ou jouet dans le magasin de son choix) ;
  • des « bons à valoir » pour
    • des heures de babysitting, afin de profiter de quelques moments juste pour soi en sachant bébé entre de bonnes mains ;
    • des tâches ménagères, pour se libérer de quelques lessives par exemple ;
    • aller chercher l’ainé à l’école ;
  • des cadeaux DIY comme un doudou, un mobile en origami, un bavoir… fait main par les proches. Ou encore un repas prêt à glisser au congélateur (qu’on sera content d’avoir sous la main le lendemain d’une nuit difficile avec bébé !).
  • des cours de yoga, de portage, de découverte des langes lavables… pour développer ses talents de super maman ou super papa.
  • un don pour une organisation écologique ou humanitaire. Comme Selah Sue qui a dédié sa liste de naissance à l’asbl Klimaatzaak.[1]

Certains items de cette liste sont aussi une chouette option pour des proches qui auraient un budget serré mais voudraient tout de même offrir quelque chose.

Choisir la crèche

Quand on travaille, on doit envisager tôt une solution pour faire garder bébé.

À partir du 4e mois de grossesse, on s’intéresse aux crèches ou autres systèmes de garde. Certaines crèches sont adeptes de l’éco-consommation : nourriture bio, produits d’entretien écologiques, langes lavables, matériaux éco-responsables…

Les milieux d’accueil subventionnés ont parfois des tarifs calculés en fonction des revenus des parents. Opter pour un milieu autorisé, agréé ou subventionné par l’ONE permet de déduire les frais de garde de ses impôts. Pour d’autres milieux, le tarif est établi via un accord entre la structure d’accueil et les parents. Dans certains cas, il est possible d’obtenir une intervention.[2]
 

Bébé dort

Aménager la chambre est une des premières occupations des futurs parents. On choisit des matériaux écologiques. Ils sont plus sains et leur prix souvent avantageux. C’est par exemple le cas pour les peintures naturelles à base de craie ou d’argile et les sols comme le linoléum.[3]

Linoléum, prix de départ au m²

Vinyle, prix de départ au m²

Moquette, prix de départ au m²

10 €

20 €

15 à 25 €

Et quel que soit le choix, on veille à finir les travaux bien avant la naissance afin d’aérer un maximum et d’éliminer les éventuels polluants avant l’arrivée de bébé.

Pour les meubles (en bois plein de préférence) et les accessoires (sac de couchage, babyphone, veilleuse…), on se tourne vers la seconde main. Ça diminue le prix et l’impact environnemental. Certains modèles évolutifs sont aussi intéressants. Comme le lit qui accompagne l’enfant de 0 à 15 ans.

lit évolutif   lit évolutif   lit évolutif
Exemple de lit évolutif
 

Lit évolutif seconde main

Lit évolutif neuf

Lit bébé + lit enfant + table à langer neufs

À partir de 50 €

160 à 1000 €

280 à plus de 1000 €

 

On opte pour un matelas qui répond aux normes de sécurité actuelles. On le choisit en matière naturelle (laine, bambou…) et ferme pour éviter tout risque d’étouffement de bébé sur le ventre.

On peut aussi opter pour la récup et le fait maison, pour la déco notamment.

Mobile récup’ et DIY

Mobile seconde main

Mobile neuf

À partir de 0 €

À partir de 2 €

12 à 100 €

Et pour certains objets qu’on utilise moins souvent, comme le lit de voyage, on pense à la location, qui évite un achat.

> Découvrir tous les bons plans pour aménager la chambre de bébé au naturel.
 

La toilette de bébé

Les langes sont incontournables. Mais ils représentent un sacré budget. Et ils génèrent environ 1 tonne de déchets avant que bébé soit propre.[4] La solution ? Les langes lavables. Ils demandent un temps d’adaptation et un peu d’organisation mais sont écologiques et plus sains pour les fesses de bébé.

L’investissement est important mais la bonne nouvelle c’est que les langes lavables sont rentables dès le premier enfant !

Langes lavables de seconde main

Langes lavables neufs[5]

Langes jetables

270 à 600 €

490 à 1000 €

890 à 1650 €

Et ça c’est pour le premier enfant. Pour le second, c’est le jackpot puisqu’on peut réutiliser les langes. 

Pour limiter l’impact sur le budget, on peut :

  • mettre les langes lavables sur sa liste de naissance ;
  • tester les modèles grâce à la location, pour découvrir ceux qui conviennent le mieux ;
  • acheter les langes en seconde main ;
  • profiter des primes offertes par certaines communes à l’achat de langes lavables.

> Lire : Comment bien choisir ses couches lavables ?

La seconde main vient à la rescousse des petits budgets, que ce soit pour les langes ou pour la baignoire, le réducteur de bain, la cape de bain, le petit pot.

Baignoire simple de deuxième main

Baignoire simple neuve

À partir de 1 €

À partir de 15 €


Pour faire des économies, on se rappelle aussi que l’idéal c’est de consommer moins mais mieux. Dans cette optique, on troque les lingettes jetables contre un simple gant de toilette et de l’eau. On opte pour quelques cosmétiques écologiques bien adaptés à bébé pour le laver et prendre soin de sa peau. Comme la lotion de soin (liniment) maison, économique et prête en 3 minutes.

> Voir la recette du liniment maison.

Pour le matériel moins courant, on peut penser à la location. Les mutuelles et pharmacies mettent à disposition à des prix démocratiques des thermomètres, mouche-bébé, aérosols…

> Découvrir plus de conseils pour faire la toilette de bébé au naturel.
 

Bébé mange

Pour nourrir bébé, on opte de préférence pour le lait maternel. Quand bébé grandit, l’idéal ce sont les petits pots maison, faits avec amour et de bons ingrédients locaux et bio. D’autant que les versions industrielles peuvent couter cher.

Petit pot maison et bio :
carotte, riz et poulet (2x200gr)

Petit pot du commerce :
carotte, riz et poulet (2x200g)

1,57 €

3,09 €

Pour l’environnement et la santé, on évite le plastique, issu du pétrole, qui contient une multitude de produits chimiques.On privilégie toujours les matières saines pour ce qui est en contact avec la nourriture :

  • des biberons en verre (avec une protection anti-casse) ;
  • une tétine en caoutchouc naturel ;
  • de la vaisselle en porcelaine ou en inox (et jamais de mélamine pour la nourriture chaude !)
  • une cuillère en métal ;

Côté accessoires, on trouve beaucoup de choix en seconde main, parfois même en version écologique : coussin d’allaitement en matière naturelle, chauffe-biberon au bain-marie, chaise haute évolutive en bois…

Chaise évolutive de seconde main

Chaise évolutive neuve

3 chaises neuves (1 par âge)

De 40 à 80 €

De 120 à 200 €

À partir de 220 €


Pour un usage limité, pour tester avant d’investir ou simplement pour juger de leur réelle utilité, on peut louer certains objets, comme le stérilisateur ou le tire-lait.

Tire-lait manuel seconde main

Tire-lait électrique seconde main

Tire-lait électrique loué à sa mutuelle[7]

Tire-lait électrique loué à un particulier

Tire-lait manuel neuf

Tire-lait électrique neuf

À partir de 5 €

À partir de 20 €

6 à 13 €/mois pour les membres

Environ 2 €/ jour

À partir de 35 €

120 à 200 €


> Découvrir toutes nos idées écolo et économiques pour les repas de bébé.
 

Bébé joue

L’espace de jeu

Le parc est parfait pour les enfants entre la naissance et 18 mois environ. Solide, il est sécurisé, permet la liberté de mouvement et isole du sol. On le choisit écologique : en bois, idéalement même en bois certifié PEFC ou FSC, avec vernis naturel. Le parc doit être pourvu de barreaux écartés de 4,5 à 6,5 cm maximum.

Opter pour la seconde main permet de réduire les coûts.

Parc en bois de seconde main

Parc en bois neuf

À partir de 10 €

De 90 à plus de 200 €

 

Pour les petits qui restent sur place, on pense au tapis d’éveil. Une couverture ou un tissu épais en matière naturelle (laine, coton…) agrémenté de quelques jouets se prête bien à cet usage. On peut aussi réaliser un tapis d’éveil en assemblant des tissus aux textures et couleurs différentes. On choisit alors des tissus de récup ou des textiles écologiques. Parfait pour éveiller la curiosité de bébé.

Tapis d'éveil fait maison par Camille
Tapis d’éveil DIY de Camille

Tapis d’éveil DIY

Tapis d’éveil de seconde main

Tapis d’éveil neuf

Prix en fonction du tissu

À partir de 5 €

À partir de 50 €

 

Certains parents sont friands du relax ou du pouf. Mais il ne permet pas à l’enfant de bouger à sa guise. L’ONE préconise donc de n’y laisser l’enfant que pour de courtes périodes d’environ 10 minutes afin de ne pas lui imposer une position semi-assise non-naturelle, et ce jusqu’à 6 mois environ. L'ONE déconseille aussi le siège-coque (qui favorise le risque de tête plate) et le trotteur.

Quand bébé grandit, le parc devient trop petit. Il commence à ramper puis se déplace à 4 pattes… Il faut alors sécuriser la maison en installant des barrières de sécurité (jusqu’à 24 mois), bloque-tiroir, cache-prise, protège-coin… On les achète en seconde main à petit prix.

Les jouets

À la naissance, pour les anniversaires, la Saint-Nicolas ou Noël, pas besoin de faire crouler bébé sous les jouets. Mieux vaut en sélectionner quelques-uns de bonne qualité. D’autant qu’un rien suffit à éveiller l’intérêt de bébé : petits foulards, peluches lavables, anneaux de dentition (en caoutchouc naturel ou en bois), livres en tissu…

Pour les tout-petits, on choisit des jouets solides et de bonne qualité :

  • en tissu bio ou certifié Oekotex pour les doudous, les peluches, les poupées, les livres… On pense aussi à la confection maison en tissu de récup’.
  • en caoutchouc naturel (comme le latex) pour l’anneau de dentition, le hochet, les cubes...
  • en bois non traité pour les cubes, les jeux de construction… (ce qui évite les substances nocives des colles et vernis).

On cherche les labels pour jouets sur les étiquettes.

Exemples de jouets écologiques et sains

De gauche à droite : hochet Apple Park, balle Deuz en coton bio, jouet de bain So Pure, anneau de dentition Natursutteb en caoutchouc naturel, hochet en bois non-traité Grimm’s.
 

Pour la santé de bébé et l’environnement, on évite les piles, les jouets parfumés et le plastique, surtout le plastique souple et le PVC pour les moins de 3 ans qui mettent beaucoup les jouets en bouche.

On peut aussi se tourner vers la seconde main. Il existe de nombreux magasins spécialisés dans les jouets de seconde main.

> En savoir plus : Quels jeux et jouets écologiques, sains et éthiques choisir ? »


Quand bébé délaisse les jouets de puériculture, on peut aussi louer des jouets adaptés à son âge à la ludothèque. Et on n’oublie pas la bibliothèque qui permet de varier les plaisirs de la lecture pour un prix mini. Autre solution : on n’hésite pas à parcourir les brocantes.

Livre (type imager pour tout-petit)

À la bibliothèque

En seconde main

Neuf

Quelques cents

À partir de 0,1 €

De 6 à 20 €

Et bien sûr, on n’oublie pas que le développement de bébé ne dépend pas que des jouets mais aussi du temps et des moments de complicité avec ses parents : les chansons, les câlins dans les bras de papa et maman, les jeux sans jouet, le bain…
 

Bébé s’habilleOn n'achète pas trop de vêtements avant la naissance de bébé

Comme bébé grandit vite, il va voir défiler beaucoup de vêtements sur quelques années. On peut être tenté de faire ses achats dans les magains low cost pour réduire les dépenses. Mais pour la santé de bébé, pour l’environnement et pour la durabilité des habits, ce n’est pas la meilleure idée.

Quelques bons réflexes :

  • On opte pour des vêtements adéquats : le confort, la taille, la facilité d’entretien, la saison sont des critères dont il faut tenir compte.
  • On n'achète pas trop de vêtements avant la naissance car on ne connaîtra la taille réelle de bébé qu’une fois né.
  • On résiste à la fast-fashion et on privilégie des vêtements écologiques en matières naturelles et bio si possible.

Pour réduire les coûts, plusieurs solutions sont possibles : emprunter des vêtements àson entourage, acheter en seconde main, opter pour la location.

Body classique de seconde main

Body en coton bio de seconde main

Body loué, par mois

Body classique neuf

Body en coton bio neuf

À partir de quelques cents

À partir de 0,5 €

5,8 € (pack de 5 vêtements/ mois pour 29 €)

À partir de 4 €

À partir de 10 €

 

On commence à enfiler des chaussures à bébé quand il fait ses premiers pas, vers l’âge de 10 à 18 mois. On les choisit adaptées aux pieds de l’enfant, si possible en matériaux écologiques. Ici par contre, on les préfère neuves. La seconde main n’est pas recommandée car les chaussures se déforment à force d’être portées.

Chaussures bébé
Chaussure en cuir certifié ECARF au tannage végétal de la marque Pololo
 

> Découvrir nos 7 conseils pour habiller bébé écolo et pas cher.
 

Bébé voyage

On peut confectionner soi-même le sac à langer ou l’écharpe de portage si on est habile de ses mains.

Sac à langer DIY

Sac à langer de seconde main

Sac à langer neuf

Quelques € avec du tissu de récup’ (coût du fil, etc.)

À partir de 3 €

De 45 à 160 € environ

 

écharpe de portage
Exemple d'écharpe de portage


La deuxième main permet d’acquérir à petit prix le landau, la poussette et le siège vélo.

On vérifie évidemment que les produits répondent aux normes de sécruité. Et on préfère des modèles combinés qui permettent de réduire le nombre d’achats, comme le combi poussette, nacelle et siège auto.

Poussette combinée de seconde main

Poussette combinée neuve

Siège auto + landau + poussette séparés neufs

À partir de 150 €

À partir de 500 €

À partir de 800 €


> Découvrir quel matériel choisir pour bouger avec bébé.
 

Il n’y a pas que le matériel

De nombreux objets indispensables ne sont utiles que peu de temps car bébé grandit vite. Pour équilibrer son budget et leur donner une seconde vie, on vend, loue ou donne ce dont on ne sert plus. Ça aide à rentabiliser les grosses dépenses, surtout quand on choisit du matériel écologique et qui respecte la santé de bébé.

Bien s’équiper est essentiel pour accueillir un enfant. Mais être parent c'est bien plus que du matériel : c’est aimer, passer du temps ensemble, parler, écouter, guider, encourager, aider, partager, s’amuser… et mille et une autres choses nécessaires au bien-être et au développement de son enfant.
 

Sources et pour en savoir plus

  • Brochure « Si on jouait ? Jouer, c’est grandir… », ONE, 2010

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[1] Source : article de Paris Match du 22 mars 2017.

[2] Plus d'infos sur le site de l'ONE.

[3] À ne pas confondre avec le vinyle. Le linoléum est fabriqué à partir de matériaux naturels alors que le vinyle est synthétique (du plastique).

[4] Pour environ 5500 langes + selles, entre la naissance et l’âge de la propreté. Source : Intradel.

[5] Prix établis sur la durée d’utilisation des langes de 2,5 ans, avec le coût des feuillets de protection et des lessives.

[6] Source : Omnimut.

[7] 6 €/mois pour la mutualité libre, 10 €/mois pour la mutualité chrétienne, 13€/mois pour la mutualité socialiste. Toujours pour les membres. Source : Qualias.

 

Voir aussi